Ecoutez Radio Sputnik
    Une vue d'Ankara

    Ankara appelle Paris à renoncer à une «aventure» en Syrie

    © Sputnik . Anton Denissov
    International
    URL courte
    18621

    Après qu’Emmanuel Macron a assuré les Kurdes syriens du «soutien» de la France, le ministre turc de la Défense nationale, Nurettin Canikli, a exhorté le gouvernement français à éviter une «aventure» en Syrie.

    Le ministre turc de la Défense nationale, Nurettin Canikli, a appelé la France à ne pas tenter une aventure en envoyant ses forces armées en Syrie pour soutenir les Kurdes, commentant ainsi la déclaration d’Emmanuel Macron qui avait promis de soutenir ces derniers lors d’une rencontre avec une délégation de la coalition arabo-kurde à l'Élysée le 29 mars, relate l’agence Anadolu.

    Selon le ministre, «si la France considère un éventuel envoi de ses troupes en Syrie comme un soutien direct ou indirect aux groupes terroristes», il s'agit d'une erreur.

    «Nous espérons que la France n'entreprenne pas une telle aventure», a-t-il déclaré.

    Il a en outre qualifié une pareille initiative d'«occupation».

    «Autrement dit, si la France tentait de déployer ses militaires dans le nord de la Syrie, ça serait une démarche illégale du point de vue du droit international. Les actions françaises pourraient être considérées comme une tentative d'occupation du sol syrien», a souligné M.Canikli.

    Le 29 mars, Emmanuel Macron a reçu à l'Élysée une délégation venue de Syrie incluant des responsables militaires kurdes mais également des personnalités issues des institutions civiles liées à la coalition arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS). Lors de cette rencontre, le Président français a assuré les Kurdes du «soutien» de la France.

    Plus tard, selon Le Parisien, une des représentantes kurdes, Asiya Abdellah, a annoncé que la France allait envoyer des soldats à Manbij.

    «La coopération va être renforcée», a-t-elle affirmé.

    «La France va renforcer son dispositif militaire», a précisé le représentant du Kurdistan syrien (Rojava) en France, Khaled Issa.

    Le 30 mars, Paris a toutefois nié l'envoi annoncé par les Kurdes de renforts militaires, assurant «ne pas prévoir de nouvelle opération militaire sur le terrain dans le nord de la Syrie en dehors de la coalition internationale anti-Daech*».

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Des dizaines d’officiers français seraient arrivés dans le Kurdistan syrien
    Erdogan prédit une série d’attentats en France si elle continue à aider les «terroristes»
    Positions des forces spéciales françaises en Syrie, retour sur le coup bas d’Ankara
    Tags:
    troupes, soutien, Kurdes, Nurettin Canikli, Emmanuel Macron, Ankara, Turquie, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik