International
URL courte
3220
S'abonner

Il se peut que l’avenir du Bâtiment soit lié à des noyaux d'olive calcinés. Un groupe à l’Université polytechnique de Madrid a étudié la possibilité d’utiliser ce qui reste après l’extraction de l'huile des olives à la place de l'argile expansée très répandue en Espagne, a raconté à Sputnik Mercedes del Rio, faisant partie du groupe évoqué.

L'argile expansée est largement utilisée notamment pour rendre le béton plus léger, alors qu'à la différence de la production de ce matériau granulaire, le traitement des noyaux d'olive demandant beaucoup moins de dépenses énergétiques, a indiqué Mercedes del Rio.

«Il s'est avéré qu'il existait déjà en Espagne un brevet de production de noyaux d'olive calcinés. Nous avons contacté l'inventeur qui nous a persuadés qu'il s'agissait d'un excellent substitut à l'argile expansée», a indiqué Mme del Rio.

Et d'expliquer que les noyaux d'olive calcinés étaient des matériaux écologiques et isolants, tant acoustiques que thermiques.

L'Espagne occupe la première place pour la production d'huile d'olive, tout en produisant énormément de déchets, une olive ne contenant que 20% d'huile. Chaque année, le pays produit près de 37.500 tonnes de résidus.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Journaliste expulsée de son siège en direct: le studio de la BBC Arabic dévasté par le souffle de l’explosion - vidéo
Tags:
production, dépenses, huile d'olive, déchets, construction, matériaux, immeuble, bâtiment (travaux de construction), Université polytechnique de Madrid, Sputnik, Mercedes del Rio, Madrid, Espagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook