International
URL courte
11827
S'abonner

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a rejeté les accusations de la Turquie ayant condamné la réaction des soldats israéliens qui ont tiré à balles réelles contre des manifestants dans la bande de Gaza.

Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, a estimé que la déclaration d'Ankara selon laquelle l'armée israélienne avait eu recours à une force démesurée contre les manifestants palestiniens était un poisson d'avril.

«L'armée la plus morale du monde n'a pas besoin de leçons de morale de la part de quelqu'un qui bombarde les civils de manière désordonnée et ce, depuis plusieurs années», a-t-il indiqué dans une déclaration.

Et d'ajouter:

«Ankara fête sans doute le 1er avril», a-t-il lancé.

Dès samedi, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a condamné les affrontements entre l'armée israélienne et les manifestants palestiniens qui ont fait 16 morts et quelque 1.500 blessés parmi ces derniers. Selon lui, les pays qui critiquent Ankara pour son opération militaire dans le canton syrien d'Afrine contre les Unités de protection du peuple (YPG) ne réagissent pas à ce qui s'est passé à Gaza.

Le 30 mars est le jour à partir duquel des milliers de Gazaouis, coupés du monde en raison du blocus israélien et de la fermeture quasi-permanente de la frontière avec l'Égypte, sont appelés à camper pendant un mois et demi non loin de la barrière qui clôt la frontière de Gaza avec Israël.

Ces six semaines de protestation, baptisées «grande marche du retour», sont dédiées au droit au retour des Palestiniens qui, par centaines de milliers, ont été chassés de leurs terres ou ont fui lors de la guerre ayant suivi la création d'Israël en 1948.

Lire aussi:

Plusieurs navires en proie aux flammes dans un port iranien - vidéos
La Russie teste un moteur électrique basé sur des technologies jamais utilisées
Un astéroïde frôlera la Terre en septembre, passant cinq fois plus près que la Lune, avertit la NASA
Tags:
Palestiniens, morts, blessés, manifestation, armée, Rameau d'olivier, Unités de protection populaire kurdes (YPG), Benjamin Netanyahu, Recep Tayyip Erdogan, Bande de Gaza, Afrine (Syrie), Ankara, Turquie, Egypte, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook