Ecoutez Radio Sputnik
    Un policier britannique

    Affaire Skripal: Moscou fera «une bonne proposition» à l’OIAC

    © AFP 2018 Daniel Leal-Olivas
    International
    URL courte
    Affaire Skripal (114)
    14450

    L’enquête sur l’empoisonnement de l’ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille en Angleterre avancera plus vite si l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) accepte la prochaine proposition de Moscou, d’après le représentant russe auprès de l’OIAC.

    La Russie fera «une proposition claire» à Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) lors de la réunion du conseil exécutif de cette institution qui se déroulera à huis clos le 4 avril, a déclaré Alexandre Choulguine, représentant russe auprès de l’OIAC et ambassadeur de Russie aux Pays-Bas.

    «Nous allons faire une autre proposition lors de la session extraordinaire du conseil exécutif de l’OIAC le 4 avril. C’est une proposition simple et claire appelée à impulser l’enquête de l’incident à Salisbury. Je tiens à répéter que la Russie est aussi intéressée à établir la vérité que les Britanniques, et même plus qu’eux», a indiqué le diplomate.

    Selon l’ambassadeur, qui a refusé de préciser la teneur de la proposition russe, il s’agit d’une bonne idée «qui ne devrait rencontrer aucune objection» puisqu’elle correspond strictement aux normes de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques (CIAC) et «vise à régler le problème par une voie civilisée».

    Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a précédemment déclaré que Moscou avait appelé à convoquer une réunion extraordinaire du conseil exécutif de l’OIAC pour examiner l’affaire Skripal.

    Le 4 mars dernier, l'ex-agent double Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury, au Royaume-Uni. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    Par la suite, 18 pays de l'UE ainsi que les États-Unis, le Canada, la Norvège, l'Ukraine, l'Albanie, le Monténégro et la Moldavie ont annoncé leur décision d'expulser des diplomates russes dans le cadre de l'affaire Skripal. Le plus grand nombre de Russes a été expulsé des États-Unis, soit 48 diplomates et 12 employés de la mission russe auprès de l'Onu. Washington a par ailleurs ordonné la fermeture du consulat général russe à Seattle. 

    Selon les récentes informations, Ioulia Skripal est sortie du coma et son état s’améliore. Mais les diplomates russes se voient refuser de lui rendre visite bien qu’elle soit citoyenne russe.

    Dossier:
    Affaire Skripal (114)

    Lire aussi:

    Si Londres ne répond pas aux questions, l'affaire Skripal n'est qu'une «provocation»
    Moscou: on a «forcé la main» à plusieurs pays pour qu’ils expulsent des diplomates
    Pékin annonce sa position sur l’affaire Skripal
    Tags:
    Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC), proposition, diplomates, enquête, OIAC, Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, Alexandre Choulguine, La Haye, Pays-Bas, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik