Ecoutez Radio Sputnik
    drapeau de l'Algérie

    L’Algérie veut sa part des richesses méditerranéennes, et le fait savoir haut et fort

    © AFP 2018 Farouk Batiche
    International
    URL courte
    Kamal Louadj
    2810027

    L’Algérie peut désormais disposer de sa part des hydrocarbures et de la richesse halieutique en mer Méditerranée. En effet le président du pays, Abdelaziz Bouteflika, a signé le 1er avril 2018 un décret présidentiel instituant la création d’une Zone économique exclusive au large des côtes algériennes.

    Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a signé le 1er avril 2018 un décret présidentiel, publié au journal officiel N°18, créant une Zone économique exclusive (ZEE) au large des côtes algériennes. «Cette décision permet à l'Algérie d'assoir sa souveraineté et sa juridiction conformément aux dispositions de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982, notamment sa partie V», lit-on dans ce document, selon l'Agence Presse Algérie, APS.

    La ZEE en question concerne l'espace maritime allant de la zone frontalière du Maroc, à l'ouest de l'Algérie, jusqu'à la zone frontalière de la Tunisie, à l'est du pays, selon le quotidien El Bilad.

    «D'après le droit de la mer, une ZEE est un espace maritime sur lequel un Etat côtier exerce des droits souverains en matière d'exploration et d'usage des ressources. Elle s'étend à partir de la ligne de base de l'Etat jusqu'à 200 miles marins (environ 370 km) de ses côtes au maximum. Au-delà, il s'agit des eaux internationales», précise le décret, cité par l'APS.

    L'agence précise toutefois, en citant le document, que les limites extérieures de la ZEE peuvent le cas échéant être modifiées dans «le cadre d'accords bilatéraux avec les Etats dont les côtes sont adjacentes ou qui font face aux côtes algériennes, conformément aux dispositions de l'article 74 de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982».

    «Les limites extérieures de la ZEE algérienne, calculées à partir des lignes de base définies par le décret d'août 1984 sont précisées par les coordonnées exprimées dans le Système géodésique mondial (WGS 84)» ajoute le décret.

    La ZEE permettra à l'Algérie «de développer encore plus la pêche dans cette zone, mais surtout d'avoir sa part dans le gaz et le pétrole qui dorment sous la méditerranée orientale, et qui aiguisent les appétits de tous les pays de la région», a expliqué le journal El Bilad.

    Il est à noter que le mercredi 28 mars, le PDG de la société nationale algérienne des hydrocarbures, SONATRACH, Abdelmoumen Ould Kaddour, a annoncé que «les projets de forage en offshore au large [des deux villes côtières algériennes, ndlr] de Bejaïa et d'Oran sont au stade d'évaluation des données sismiques», dans un entretien accordé à l'APS.

    «Nous sommes au stade des études sismiques. Nous travaillons dessus. Avec nos partenaires, nous sommes en train de les évaluer», a déclaré le responsable, en précisant qu'à «partir des résultats de l'étude de ces données, un programme sera tracé pour continuer l'évaluation en vue de chercher d'autres données et passer, enfin, au forage».

    Selon M. Ould Kadour, les partenaires de la Sonatrach, soit Anadarko (Etats-Unis), Total (France), Eni (Italie) et Statoil (Norvège) «sont intéressés à se joindre à Sonatrach pour pouvoir développer l'activité du forage en offshore en Algérie».

    Pour rappel, l'Algérie n'est pas le seul pays «à avoir pris une telle initiative ces derniers mois», explique le site d'information Tout Sur l'Algérie, TSA. Le gouvernement marocain «avait délimité en juillet 2017 sa Zone économique exclusive au large de ses côtes, incluant notamment dans cette zone au Sud, les côtes du Sahara Occidental occupé», note le site.

    Lire aussi:

    Algérie: que se cacherait-il derrière les attaques contre le PDG de la Sonatrach?
    Y aurait-il des enjeux géostratégiques derrière la visite du chef de l’AFRICOM à Alger?
    Quand la Chine remplit le vide du «net recul» de la coopération économique algérofrançaise
    Tags:
    zone d'exclusion, Convention sur le droit de la mer, économie, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik