International
URL courte
17784
S'abonner

Le président de la section du parti allemand Die Linke dans la ville-arrondissement d’Osnabrück (Basse-Saxe) et chef du projet de Diplomatie Populaire en Allemagne, Andreas Maurer, a visité le Donbass et a constaté que le gouvernement de Kiev se livrait au «génocide» et menait une véritable «guerre contre son peuple».

Après s'être rendu dans le Donbass, Andreas Maurer, président de la section du parti allemand Die Linke dans la ville-arrondissement d'Osnabrück (Basse-Saxe) et chef du projet de Diplomatie Populaire en Allemagne, a commenté la politique de Kiev dans les régions orientales de l'Ukraine qui sont en proie à un conflit armé.

«C'est la guerre contre les civils» dans le Donbass, a-t-il déclaré.

Dans une interview à TV Alfa, il a affirmé qu'il était question d'un véritable «génocide» dans la région.

«L'Ukraine y mène une guerre contre son peuple», a poursuivi Andreas Maurer.

«Réfléchissons: une localité comptait avant la guerre plus de 3.500 habitants et aujourd'hui il n'en reste que 1.600. Oui, nombreux sont ceux qui ont déménagé, mais pourquoi? Ils ont dû partir, car sinon ils auraient été tués», a-t-il dit.

«Quand je me suis rendu dans ces localités, j'ai vu ces "séparatistes": une femme de 80 ans qui va chercher du pain une fois par semaine parce qu'elle craint d'être tuée par un tireur, des enfants apeurés…», a noté Andreas Maurer.

Selon lui, les évènements dans les régions orientales de l'Ukraine sont quelque chose «de monstrueux, d'horrible, d'absolument inadmissible».

Le 18 janvier 2018, le parlement ukrainien a adopté la loi sur la réintégration du Donbass. Le document qualifie d'occupés les territoires échappant au contrôle de Kiev. La Russie y est qualifiée de pays agresseur. Le document légitime l'utilisation de l'armée dans l'est du pays sans déclaration de guerre. Dans la version finale du texte, les députés ont supprimé l'article sur la priorité des accords de Minsk pour le règlement du conflit.

Moscou voit derrière la loi ukrainienne sur la réintégration du Donbass les prémisses de la préparation d'une nouvelle guerre par Kiev.

Les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk considèrent cette loi comme une tentative tardive de légitimer la violence dans la région.

Lire aussi:

Macron a déjà contredit Castex sur le remaniement, moins de 48 heures après sa nomination
Alger exige de Paris des excuses pour la colonisation: le gouvernement algérien cherche-t-il un «bouc émissaire»?
Le dernier pays concerné réticent au Nord Stream 2 donne finalement son feu vert
Tags:
guerre, civils, génocide, Die Linke, Andreas Maurer, Minsk, Kiev, Donetsk, Lougansk, Russie, Moscou, Allemagne, Basse-Saxe, Donbass, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook