Ecoutez Radio Sputnik
    BMW de la douane française. Photo d'archive

    Brouille franco-italienne, visite de parlementaires, les migrants au cœur de la polémique

    CC BY-SA 4.0 / Kevin.B / BMW de la douane française
    International
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    420

    Un contrôle douanier à la frontière franco-italienne a mis le feu aux poudres entre les deux pays le week-end dernier, tandis qu’une délégation de députés a effectué une visite surprise à la frontière, où 46.000 étrangers en situation irrégulière ont été interpellés en 2017. Des deux côtés des Alpes, les migrants sont au cœur de la polémique.

    Brouille diplomatique entre Rome et Paris. Vendredi 30 mars, les douanes françaises ont effectué un contrôle côté italien, a priori sans autorisation… Turin a ouvert une enquête préliminaire pour «abus de pouvoir» et de «violation de domicile», avant que le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, ne présente ses excuses à l'Italie pour ce «malentendu», dans une interview accordée au quotidien italien Corriere della Sera.

    «C'est caractéristique de ce qui peut se passer. On a un fonctionnement à la fois absurde, qui fonctionne mal, avec des moyens assez faibles et des forces de l'ordre parfois amenées à faire des choix de manière isolée», commente le sénateur de l'Isère Guillaume Gontard.

    L'intrusion de douaniers français dans les locaux d'une ONG en Italie a provoqué l'indignation à Rome: le ministère italien des Affaires étrangères a évoqué «un acte grave, considéré totalement en dehors du cadre de la collaboration entre États frontaliers».

    La classe politique italienne fustige une ingérence dans un «pays souverain», tandis que la presse fustige le «cynisme» français: le quotidien de droite Il Giornale accuse Emmanuel Macron de «jouer les caïds», tandis que La Repubblica, de centre-gauche, déclare: «Le plus stupéfiant, c'est la contradiction entre les déclarations de principes du président Macron et les actions concrètes des agents français».

    «Les forces de l'ordre sont rentrées dans un local utilisé par une association, avec toutes les questions que ça pose. Nous sommes en train de documenter pour en savoir plus, revoir les bases juridiques, et nous faire un avis très précis»,

    commente Émilie Pesselier, chargée de mission à la frontière franco-italienne pour l'Anafé (Association Nationale d'Assistance aux Frontières pour les Étrangers).

    «Est-ce que ça va cristalliser les tensions? On ne sait pas… mais côté italien, les tensions sont plus perceptibles en ce moment»,

    poursuit-elle. Mais selon le sénateur, le problème est plus vaste:

    «Ce n'est pas qu'entre la France et l'Italie. C'est à l'échelle européenne. Avec l'Italie, comme la Grèce ou d'autres pays, c'est important que les autres pays prennent leur part, et pour l'instant la France en est loin».

    À quelque 300 km plus au sud, aux côtés de Myriam Laïdouni-Denis, conseillère régionale EELV et de Michèle Rivasi, eurodéputée du Grand Sud-Est, le sénateur Guillaume Gontard s'est rendu le 31 mars dans les locaux de la Police Aux Frontières (PAF) de Menton, où «il se passe des choses qu'on a un peu du mal à documenter en tant qu'association», commente Emilie Pesselier, également du voyage.

    La visite dans les locaux de la PAF, où les journalistes ont été interdits d'accès, a révélé plusieurs irrégularités… et «pas des moindres», explique Guillaume Gontard, car dans ces mêmes locaux, «on enferme des gens qui ne sont coupables de rien», alors qu'il ne «ce n'est ni un lieu d'attente, ni un lieu de rétention, juste un poste-frontière où sont signifiés les refus d'entrée sur le territoire.»

    «Ce qui se passe, c'est que les personnes qui soit sont arrêtées, soit se présentent à la frontière, sont quand même privées de leur liberté, explique le sénateur. Ils sont enfermés dans des conditions plutôt spartiates, et sans respecter la séparation entre majeurs et mineurs, entre hommes et femmes»,

    poursuit-il, reconnaissant également des conditions de travail pénibles pour les forces de l'ordre:

    «Déjà, on a vu des conditions plutôt difficiles pour les policiers, leurs conditions pour travailler sont assez réduites.»

    Mais d'autres entraves au droit français empêchent les migrants de faire le point sur leur situation, avec les autorités françaises… comme celle des cases «précochées», faisant passer les mineurs pour des majeurs.

    «C'est-à-dire que définir exactement la majorité, ce n'est pas évident. Mais c'est vrai qu'il y a une manière de faire… les papiers sont déjà remplis, souvent préremplis, et on demande juste à la personne de signer en bas. Et en général, beaucoup sont nés le 1er janvier 2000…»

    Ce n'est pas la première fois qu'une telle pratique est dénoncée. Un collectif composé d'associations et d'avocats français et italiens s'était rendu dans la même commune afin de dénoncer le refoulement illégal des étrangers, à base de formulaires préremplis et de contrôle au faciès. Ils ont finalement obtenu gain de cause devant le tribunal administratif. Une mission à laquelle a également participé l'Anafé: «Ça fait depuis fin 2015 que les associations dénoncent ces pratiques complètement illégales», commente Emilie Pesselier:

    «On a des stratégies mises en place au niveau de l'administration pour refouler des mineurs en les faisant passer pour des majeurs. […] Le tribunal administratif rappelait qu'en cas de doute, quand il y a quelqu'un qui se présent comme mineur, eh bien se doute doit bénéficier au mineur, et une protection doit être assurée», poursuit la militante.

    Dans les Alpes-Maritimes, se sont près de 46.000 étrangers en situation irrégulière qui ont été interceptés alors qu'ils tentaient de pénétrer en France. Selon la préfecture, 350 passeurs ont également été interpellés l'année dernière.

    «Ils se présentent à la frontière avec ce papier leur signifiant le refus d'entrer sur le territoire et ensuite repartent à pied en Italie, ou parfois sont reconduit jusqu'à la frontière italienne… la plupart du temps, ils repartent à pied,»

    explique Guillame Gontard, dénonçant «l'absurdité de la chose»…

    «On a des gens qui viennent se présenter, qui repartent, et reviennent le lendemain, et ainsi de suite… […] On nous parle d'état de droit, mais on a pu constater que le droit actuel n'était pas appliqué. […] Voir ces conditions, ce fonctionnement, cette absurdité de fermeture des frontières, bien sûr que ça va nous servir le projet de loi qui va être débattu»,

    explique le sénateur, qui compte débattre de la politique d'accueil de la France lors du projet de loi «Asile et immigration», qui commence à être discuté à l'Assemblée nationale et arrivera en débat au Sénat au mois de mai.

    Lire aussi:

    L’Aquarius toujours à flot, la politique de Macron en Italie risque le naufrage
    L’entrevue Conte-Macron en danger suite aux propos de Paris contre Rome sur les migrants
    «Rome n’est prête qu’à recevoir des gifles de la France et de l’UE»
    Tags:
    migrants, frontière, Italie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik