International
URL courte
17544
S'abonner

Excepté la Russie, l'Iran et la Turquie, personne n'accorde d'aide humanitaire à la Syrie, a constaté Vladimir Poutine, à l'issue de ses négociations avec Recep Tayyip Erdoğan et Hassan Rohani.

Le Président russe a exhorté la communauté internationale à contribuer au relèvement économique de la Syrie.

«Outre un règlement politique, il faut que la population puisse vivre dans des conditions normales. Or, sans investissements importants, en provenance notamment de l'étranger, il sera impossible de faire quoi que ce soit», a-t-il indiqué.

Il a appelé tous les pays à redoubler d'efforts et à apporter une contribution non en paroles, mais en actes.

«Tout le monde parle de la nécessité de s'atteler tout d'abord à l'aide humanitaire, mais personne ne fait pratiquement rien, excepté l'Iran, la Turquie et la Russie. Nous constatons la présence de livraisons des Nations unies, mais c'est absolument insuffisant», a souligné Vladimir Poutine.

Il a fait remarquer qu'il était encore plus important de reconstruire l'économie syrienne.

«Il est certain qu'il faudra s'atteler au relèvement de l'économie syrienne, notamment des infrastructures», a-t-il noté.

Vladimir Poutine a dit espérer qu'après l'aboutissement des processus politiques, les opérations de reconstruction économique revêtiraient un caractère plus large.

Le Président russe a entamé le 3 avril une visite de deux jours à Ankara pour s'entretenir avec le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan, participer à une réunion du Conseil russo-turc de coopération au sommet et au sommet tripartite Russie-Turquie-Iran sur le règlement de la crise en Syrie.

Les leaders russe, turc et iranien participent pour la deuxième fois à un sommet tripartite. Ils s'étaient déjà retrouvés à Sotchi, en novembre dernier. Décision a été prise, à l'invitation du chef de l'Etat iranien, d'organiser la prochaine rencontre en Iran.

Lire aussi:

Un confinement préventif avant Noël est-il envisagé? Olivier Véran répond
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
La vidéo de la «destruction de chars» azerbaïdjanais partagée en ligne par la Défense arménienne
Concurrent de Tesla? Ce constructeur propose une voiture électrique à moins de 4.000 euros
Tags:
aide humanitaire, économie, reconstruction, ONU, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Sotchi, Syrie, Ankara, Iran, Turquie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook