Ecoutez Radio Sputnik
    Un grand bouton rouge

    Bretzels, fiole à l'anthrax... ces objets anodins rendus célèbres par des politiques

    CC0 / Pixabay/geralt
    International
    URL courte
    Irina Dmitrieva
    4111

    Pour faire de la politique, il suffit parfois de faire le bon geste au bon moment ou de commettre un lapsus mémorable… Voici quelques modestes objets qui sont entrés dans l’histoire grâce à des hommes politiques en vue.

    Chaussure menaçante de Nikita Khrouchtchev

    Nikita Khrouchtchev participe à une réunion de l'Assemblée générale de l'Onu (12 octobre 1960)
    © AP Photo /
    Nikita Khrouchtchev participe à une réunion de l'Assemblée générale de l'Onu (12 octobre 1960)

    L’épisode de la fameuse «chaussure de Khrouchtchev» a placé la 15e session de l’Assemblée générale de l’Onu en 1960 parmi les plus célèbres dans l’histoire des Nations unies. Selon la version la plus répandue, le dirigeant soviétique de l’époque Nikita Khrouchtchev aurait enlevé sa chaussure le 12 octobre 1960 et commencé à frapper la table avec le talon pour exprimer son mécontentement suscité par les propos du représentant des Philippines Lorenzo Sumolong, qui critiquait la politique de l’URSS.

    Aucun cliché montrant le dirigeant soviétique au moment de cette intervention insolite à l’Onu n’a été pris malgré la présence de nombreuses caméras dans la salle. Plusieurs médias de l’époque ont publié une fausse photo sur laquelle la chaussure avait été ajoutée par montage.

    Il existe de nombreuses versions de cet incident. D’après le fils de Nikita Khrouchtchev, Sergueï, cité par le journal russe Izvestia, son père aurait perdu une chaussure dans la cohue. Quand on la lui a rendue, il était trop serré pour la remettre et le dirigeant est longtemps resté assis avec sa chaussure sur son pupitre. 

    Indigné par les propos du représentant philippin, il a commencé à taper sur la table avec le premier objet qui lui est tombé sous la main – la chaussure! Selon James Feron, un ancien journaliste de The New York Times, M.Khrouchtchev n’aurait pas frappé la table, mais aurait agité sa chaussure dans l’air avant de la poser devant lui. 

    D’où vient alors la légende alors sur les coups portés par M.Khrouchtchev? Elle aurait été inventée et diffusée par des journaux à des fins de propagande pendant la Guerre froide…

    Tube de plastique dangereux de Colin Powell 

    Colin Powell présente une fiole censée contenir de l'anthrax au Conseil de sécurité de lOnu
    © AP Photo / Elise Amendola
    Colin Powell présente une fiole censée contenir de l'anthrax au Conseil de sécurité de lOnu

    Le tube de plastique contenant de la mystérieuse poudre blanche est devenu célèbre le 5 février 2003. Colin Powell, alors secrétaire d’État américain, a présenté ce récipient, censé contenir de l’anthrax (bacille du charbon), devant les membres du Conseil de sécurité de l’Onu et les tribunes remplies de journalistes pour apporter les «preuves» de la détention «d’armes de destruction massive» par le régime de Saddam Hussein en Irak.

    Si le tube que M.Powell a sorti de la poche de son veston avait vraiment contenu de l’anthrax, il aurait pu provoquer la mort de milliers de personnes dans un rayon de plusieurs kilomètres. Cet épisode est resté dans les mémoires surtout par les conséquences qu’il a eues: l’invasion en Irak. 

    Bouton «surcharge» d’Hillary Clinton

    Sergueï Lavrov et Hillary Clinton pressent le bouton symbolique redémarrage (mars 2009)
    © AP Photo /
    Sergueï Lavrov et Hillary Clinton pressent le bouton symbolique "redémarrage" (mars 2009)

    En mars 2009, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a présenté un grand bouton rouge sur une base jaune au chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov au début de leur première rencontre bilatérale. Selon elle, c’était le symbole de la volonté de l’administration américaine de «redémarrer» les relations entre Washington et Moscou.

    Mme Clinton et M.Lavrov ont pressé ensemble ce bouton, lançant symboliquement le processus de «redémarrage».

    Détail curieux, le bouton de «redémarrage» fabriqué aux États-Unis portait en fait une inscription erronée en russe qui signifiait «surcharge».

    «Vous vous êtes trompée. Il aurait fallu y écrire "redémarrage", mais vous avez utilisé un tout autre mot», a dit M.Lavrov à son homologue américaine.

    Mme Clinton a éclaté de rire en promettant de tout faire pour ne pas «surcharger» les relations russo-américaines. Mais depuis les relations russo-américaines se sont dégradées et on dirait que l’histoire ne pardonne pas de telles erreurs…

    Cravate comestible de Mikhaïl Saakachvili

    Mikhaïl Saakachvili mange sa cravate (août 2008)
    Mikhaïl Saakachvili mange sa cravate (août 2008)

    En août 2008, la cravate de Mikhaïl Saakachvili, qui était à l’époque Président de la Géorgie, a fait le buzz sur internet. 

    L'incident est survenu pendant la «guerre des cinq jours» lancée par la Géorgie contre l’Ossétie du Sud. Ayant appris qu’il ne pouvait attendre aucune aide militaire des États-Unis, le Président géorgien, apparemment dépassé par les événements, a oublié qu'il était en direct sur la BBC et a littéralement mangé sa cravate devant les caméras lors d'un entretien téléphonique. 

    Cette histoire est rapidement devenue populaire sur le Net. Les images montrant M.Saakachvili mâcher nerveusement sa cravate ont fait le tour du monde et ont été largement commentées sur les réseaux sociaux. 

    Bretzel de George Bush

    Bretzels
    CC0 / Pixabay
    Bretzels

    Le fameux incident du bretzel arrivé au Président américain George W.Bush, alors âgé de 55 ans, n’a pas eu lieu devant les caméras. Il s’est produit en janvier 2002, quand le locataire de la Maison-Blanche, assis sur un canapé, regardait un match de football opposant les Baltimore Ravens aux Miami Dolphins en compagnie de ses deux cockers. 

    Un bretzel avalé de travers et M.Bush a perdu connaissance quelques secondes.

    «Je suis tombé de mon canapé. Et quand je me suis réveillé, j'ai vu que Barney et Spot me regardaient avec un drôle d'air », a avoué M.Bush cité par les médias.

    Sa femme Laura, qui téléphonait dans une pièce voisine, ne s'est aperçue de rien. Le Président a prévenu lui-même l'infirmière de garde et son médecin. Selon lui, le bretzel mal avalé aurait stimulé le nerf vagal, ce qui aurait ralenti le rythme cardiaque de Bush et provoqué sa perte de conscience. George W.Bush, a lui-même plaisanté à ce sujet devant les journalistes: «Je me sens très bien. Mais j'aurais dû écouter ma mère qui me disait toujours de bien mâcher mes bretzels avant de les avaler».  

    Feutre rouge de Benjamin Netanyahou

    Benjamin Netanyahu dessine une ligne rouge sur le schéma d'une bombe à l'Onu (27 septembre 2012)
    © AFP 2018 Don Emmert
    Benjamin Netanyahu dessine une ligne rouge sur le schéma d'une bombe à l'Onu (27 septembre 2012)

    Ce feutre rouge est entré dans l’histoire après que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu l’a utilisé pour dessiner une «ligne rouge» pour l’Iran.

    Intervenant à la tribune de l’Assemblée générale de l’Onu, en septembre 2012, M.Netanyahu a présenté un schéma caricatural d'une bombe.

    «Si l'Iran arrive à enrichir son uranium à 90%, il atteindra une "ligne rouge claire" impliquant une réaction sévère de la communauté internationale. La ligne doit passer ici», a indiqué le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en dessinant une ligne près du chiffre 90% marqué sur le schéma.

    Lire aussi:

    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    Retour sur les «grandes premières» au sommet entre Washington et Moscou
    Donald Trump a expliqué pourquoi Obama et Poutine ne sont jamais devenus amis
    Tags:
    bretzel, bouton rouge, chaussures, cravate, anthrax, Assemblée générale des Nations unies, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Colin Powell, Benjamin Netanyahu, Nikita Khrouchtchev, Hillary Clinton, George W. Bush, Mikhaïl Saakachvili, Sergueï Lavrov
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik