Ecoutez Radio Sputnik
    Salisbury

    «Des actions similaires à un acte terroriste» perpétrées à l’encontre des Skripal

    © AFP 2018 Adrian DENNIS
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (92)
    11230

    Vu l'atmosphère de dissimulation entourant l'enquête sur l'affaire Skripal et les informations sur la production d'agents toxiques dans divers pays, le chef adjoint de la commission d'État russe sur le désarmement chimique, Georgi Kalamanov, conclut que le Skripal auraient pu être victimes d'actions ressemblant à un acte terroriste.

    Les conditions dans lesquelles se déroule l'enquête sur la tentative d'assassinat commise contre l'ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille laissent penser que des actions ressemblant à un acte terroriste avec recours à une arme chimique ont été perpétrées contre eux, a déclaré Georgi Kalamanov, chef adjoint de la commission d'État sur le désarmement chimique et ministre adjoint russe de l'Industrie et du Commerce.

    «Compte tenu des informations fournies par un expert russe sur l'élaboration d'agents chimiques toxiques dans le monde, de la dissimulation des preuves de l'enquête par le Royaume-Uni, de l'interdiction faite aux diplomates russes de voir des citoyens russes, nous estimons qu'à leur encontre ont été perpétrées des actions dont le caractère ressemble à un acte terroriste avec usage d'un agent chimique toxique», a précisé M.Kalamanov.

    La Russie est prête à accepter tous les résultats de l'enquête sur l'incident de Salisbury «si elle se fonde sur des faits incontestables et [se déroule] conformément à toutes les procédures juridiques internationales et avec la participation obligatoire de la Russie», a-t-il d'ailleurs mis en exergue.

    L'ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients près d'un centre commercial de Salisbury, en Angleterre, le 4 mars dernier. Le Royaume-Uni a accusé la Russie d'avoir organisé l'empoisonnement des Skripal par un agent neurotoxique qu'il appelle Novitchok (A-234). Moscou rejette catégoriquement ces accusations.

    Les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down n'ont pas été en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans la tentative d'assassinat de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia au Royaume-Uni, a déclaré mardi 3 avril le chef du laboratoire Gary Aitkenhead.

    Face à ces propos, le Président Poutine a affirmé que des agents similaires au gaz A-234 pouvaient être produits dans une vingtaine de pays et que l'intérêt de la Russie était qu'une enquête complète soit menée sur cette affaire, demandant qu'elle y ait accès.

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (92)

    Lire aussi:

    Au Conseil de sécurité, la date et l’heure sont fixées pour discuter de l’affaire Skripal
    «Il faut renvoyer Boris Johnson» pour son «mensonge» sur l'affaire Skripal
    Moscou: l’existence et les activités du laboratoire UK de Porton Down posent des questions
    Tags:
    agent toxique, données, empoisonnement, enquête, attentat, armes chimiques, Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, Salisbury, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik