Ecoutez Radio Sputnik
    Boris Johnson

    «Il faut renvoyer Boris Johnson» pour son «mensonge» sur l'affaire Skripal

    © AP Photo / Petros Giannakouris
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (78)
    371042

    Dès le début du mois de mars, Boris Johnson a affirmé qu'un des spécialistes de Porton Down lui avait confirmé l'origine russe du poison utilisé pour empoisonner les Skripal, mais cette déclaration s'avère contredire les récents résultats des analyses. Selon l'ex-parlementaire George Galloway, M.Johnson devrait répondre de son mensonge.

    Des experts britanniques ont été incapables de déterminer l'origine de l'agent neurotoxique qui a provoqué l'empoisonnement des Skripal, mais le chef de la diplomatie britannique avait précédemment déclaré qu'un chercheur du centre lui avait personnellement confirmé l'origine russe du poison. Ainsi, le gouvernement, la Première ministre Theresa May et surtout Boris Johnson se trouvent dans une situation «extrêmement humiliante», a estimé dans un entretien à la chaîne RT un ancien parlementaire britannique, George Galloway.

    «Je crois qu'il faut renvoyer Boris Johnson pour non seulement rejoindre le chœur des voix accusant la Russie, mais pour aller encore plus loin en faisant de fausses déclarations à la télévision nationale», a-t-il déclaré.

    «Johnson a dit qu'il a personnellement parlé avec un homme de Porton Down, celui qui, en l'occurrence, est la personne qui a fait la déclaration du 3 avril. Alors, selon le ministre, cet expert lui a dit que la tentative était l'œuvre de la Russie et que personne d'autre n‘avait pu le faire. Ce n'est pas seulement une erreur, c'est une tromperie, ce qui est encore pire», a fustigé M.Galloway.

    L'ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients près d'un centre commercial de Salisbury, en Angleterre, le 4 mars dernier. Le Royaume-Uni a accusé la Russie d'avoir organisé l'empoisonnement des Skripal par un agent neurotoxique qu'il appelle Novitchok (A-234). Moscou rejette catégoriquement ces accusations.

    Les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down n'ont pas été en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans la tentative d'assassinat de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia au Royaume-Uni, a déclaré mardi 3 avril le chef du laboratoire Gary Aitkenhead.

    Face à ces propos, le Président Poutine a affirmé que des agents similaires au gaz A234 pouvaient être produits dans une vingtaine de pays et que l'intérêt de la Russie était qu'une enquête complète soit menée sur cette affaire, demandant qu'elle y ait accès.

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (78)

    Lire aussi:

    Au Conseil de sécurité, la date et l’heure sont fixées pour discuter de l’affaire Skripal
    Affaire Skripal: Moscou sollicite une rencontre avec Boris Johnson
    Affaire Skripal: May et Johnson devront «présenter leurs excuses» à la Russie
    Tags:
    poison, agent toxique, expert, empoisonnement, analyse, mensonge, licenciement, Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, George Galloway, Boris Johnson, Theresa May, Royaume-Uni, Londres, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik