Ecoutez Radio Sputnik
    le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov

    Lavrov précise dans quel cas Moscou acceptera les conclusions sur l’affaire Skripal

    © Sputnik . Evgeny Odinokov
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (78)
    13761

    La Russie acceptera uniquement les conclusions de l’enquête sur l’affaire Skripal qui seront tirées avec sa participation, a annoncé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    Les autorités russes seront prêtes à approuver les constatations de toute enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal et sa fille Ioulia seulement si y elles participent de manière équitable, a déclaré ce jeudi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en commentant l’enquête menée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    «Nous avons déjà dit à maintes reprises que nous accepterons les conclusions de toute enquête à laquelle nous prendrons part dans les mêmes conditions, si elle est transparente, si elle est fondée sur des procédures fixées par la Convention sur l'interdiction des armes chimiques, si elle n’est pas tenue secrète comme certains collègues britanniques le font actuellement à l’égard de leur soi-disant "incident à Salisbury" ou "affaire Skripal"», a notamment souligné M.Lavrov.

    Le diplomate a rappelé que le gouvernement russe a demandé à Londres de leur permettre de participer à cette enquête de nombreuses fois.

    «Nous avons sollicité plus de dix fois par le biais de notes officielles de nous donner accès à cette enquête, aux échantillons prélevés. Bref, à toutes les données qui ont permis au Royaume-Uni d’être aussi affirmatif bien avant que l’enquête britannique sur l’incident ne soit terminée.»

    Le ministère russe a en outre précisé que les questions que Moscou a fait parvenir à ses confrères britanniques ainsi qu’à l’OIAC et qui étaient «absolument professionnelles» demeurent sans réponse claire.

    Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down n'ont pas été en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans la tentative d'assassinat de l'ex-agent double Serguei Skripal et de sa fille Ioulia au Royaume-Uni.

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (78)

    Lire aussi:

    Moscou: l’existence et les activités du laboratoire UK de Porton Down posent des questions
    Ce qui n’a pas été rendu public: Lavrov sur les curieux détails du rapport de l’OIAC
    Les Skripal plongés dans un coma artificiel à dessein, selon la délégation russe à l’OIAC
    Tags:
    empoisonnement, enquête, OIAC, Sergueï Skripal, Sergueï Lavrov, Salisbury, Royaume-Uni, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik