Ecoutez Radio Sputnik
    Un dollar

    Qui paie commande la musique: Trump propose aux Saoudiens de payer la présence US en Syrie

    CC0
    International
    URL courte
    26639

    Si la mission américaine en Syrie touche à sa fin, Washington ne s’empresse pas de retirer ses troupes et semble même envisager la possibilité d’y rester à la demande de ses alliés saoudiens. Et cela en échange d’une somme rondelette…

    Si Riyad voulait voir les États-Unis maintenir leur présence militaire sur le sol syrien, les Saoudiens devraient être prêts à payer, a déclaré mardi Donald Trump lors d'une conférence de presse à Washington avec ses trois homologues des pays baltes.

    Drapeau syrien
    © AP Photo / Alexander Kots/Komsomolskaya Pravda
    «Nous avons presque terminé la tâche [de défaire Daech*] et allons bientôt déterminer, en coordination avec d'autres dans la zone, ce que nous allons faire», a indiqué le chef de la Maison-Blanche, cité par la chaîne Al-Jazeera.

    «L'Arabie Saoudite est très intéressée par notre décision, et j'ai dit "Bon, vous savez, si vous voulez que nous restions, peut-être que vous allez devoir payer"», a-t-il poursuivi.

    Selon Al-Jazeera, Donald Trump s'est entretenu lundi 2 avril avec le roi saoudien Salmane ben Abdelaziz Al Saoud. Ils ont discuté des problèmes régionaux, de la possibilité d'une solution pacifique du conflit entre la Palestine et Israël ainsi que du partenariat stratégique entre Washington et Riyad.

    La Maison-Blanche a estimé mercredi que la mission militaire visant à éradiquer Daech* en Syrie touchait à sa fin mais n'a cependant donné aucune indication sur un éventuel calendrier de retrait des troupes américaines.

    *Daech est une organisation interdite en Russie

    Trump veut monnayer la présence américaine en Syrie
    © Sputnik .
    Trump veut monnayer la présence américaine en Syrie

    Lire aussi:

    Trump veut monnayer la présence américaine en Syrie
    Le prince saoudien Saoud ben Abdelaziz Al Saoud arrêté pour «abus de pouvoir» (Vidéo)
    Riyad cherche de nouveaux partenaires, et pas à «remplacer» les anciens
    Tags:
    Donald Trump, Arabie Saoudite, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik