Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine et Hassan Rohani à Ankara

    Ce qu’ont abordé Poutine et Rohani à Ankara

    © Sputnik . Sergueï Guineev
    International
    URL courte
    3270

    Lors de l'entretien qu'ils ont eu hier à Ankara, le Président russe et son homologue iranien ont abordé la question d'une possible sortie des États-Unis de l'accord nucléaire avec l'Iran et des conséquences que cette décision pourrait avoir, a déclaré Dmitri Peskov.

    Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a dévoilé l'un des sujets que Vladimir Poutine et Hassan Rohani ont abordé au cours de l'entretien qu'ils ont eu hier à Ankara.

    «Au cours de sa rencontre avec Rohani, le sujet [de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien] a été brièvement discuté et une sortie de l'accord en vigueur a été jugée comme absolument indésirable», a-t-il précisé.

    Auparavant, le Président américain avait demandé à ses alliés européens de prendre part à la révision de l'accord nucléaire avec Téhéran. En cas de refus, il avait menacé de renoncer à ce traité.

    Le plan d'action conjoint sur le programme nucléaire iranien a été conclu entre Téhéran et les puissances du groupe P5+1 (États-Unis, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine) le 14 juillet 2015, après douze ans de crises diplomatiques et d'âpres négociations.

    Qualifié à l'époque d'«historique», le texte, qui encadre les activités nucléaires iraniennes en contrepartie d'une levée progressive des sanctions frappant la République islamique, est profondément fragilisé depuis la décision de Donald Trump de ne pas certifier au Congrès que Téhéran en respecte les termes.

    Lire aussi:

    L’Iran s’exprime sur sa réaction en cas de violation de l’accord sur son nucléaire
    Le lien entre un éventuel échec de l’accord sur le nucléaire iranien et la Corée du Nord
    L'Iran respecte ses engagements nucléaires, selon l’AIEA
    Tags:
    Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, Hassan Rohani, Turquie, Russie, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik