Ecoutez Radio Sputnik
    The man holds flag of the Democratic People's Republic of Koreain in Pyongyang. (File)

    Le renseignement militaire russe explique à qui a profité la «menace nord-coréenne»

    © Sputnik . Iliya Pitalev
    International
    URL courte
    17630

    Instrument entre les mains des autorités américaines, la menace nord-coréenne a permis aux États-Unis de muscler ses exportations d’armes à destinations de leurs alliés, a affirmé le renseignement militaire russe.

    La menace nord-coréenne qui a alimenté la rhétorique hostile de Donald Trump vis-à-vis de Pyongyang et a justifié de nombreux exercices militaires conjoints près des côtes de la péninsule, a également servi les intérêts américains dans la région. C'est ce qu'a affirmé, ce jeudi, Igor Kostukov, directeur adjoint de la direction générale du renseignement militaire russe.

    «L'actualisation du facteur de la menace nord-coréenne a permis à la Maison-Blanche de motiver ses alliés à augmenter leur dépenses et à se procurer de nouveaux moyens d'armements d'origine américaine», a-t-il déclaré.

    Prenant la parole lors de la VIIe Conférence de Moscou sur la sécurité internationale, le responsable a ajouté que les autorités nord-coréennes «mis au pied du mur, ont obtenu des progrès consistants pour ce qui concerne leur potentiel balistique et nucléaire».

    Le Président américain a accepté début mars de rencontrer le leader nord-coréen d'ici fin mai pour parler de la dénucléarisation, confirmant une annonce faite dans un premier temps par un émissaire sud-coréen à Washington.

    Pyongyang a confirmé la rencontre alors que l'ambassadeur nord-coréen auprès des Nations unies, Pak Song Il, a déclaré au Washington Post que cette invitation résultait d'une «décision volontaire et ouverte» de Kim Jong Un.

    Lire aussi:

    Michel Maffesoli: «nous allons voir resurgir des manifestations tribales!»
    Violences au Mans: un forain grièvement blessé au pied (vidéo choc)
    Le ministère de la Défense annonce la mort de trois militaires russes en Syrie
    Tags:
    menace nord-coréenne, Donald Trump, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik