International
URL courte
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)
13672
S'abonner

À beau jeu beau retour! Si Londres estime que Moscou est très probablement derrière l’empoisonnement de l’ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille, la Russie a aussi ses hypothèses à émettre.

La Russie supposera que derrière la grande provocation qu’est l’affaire dite Skripal se cachent les services spéciaux de certains pays, a déclaré ce jeudi au Conseil de sécurité des Nations unies le représentant permanent de la Russie à l’Onu, Vassili Nebenzia.

Selon lui, si le Royaume-Uni «a l'audace de dire qu’avec un haut degré de probabilité la Russie est derrière l'incident de Salisbury, à notre tour, nous supposerons avec un haut degré de probabilité que les services spéciaux de certains pays sont derrière cette méga-provocation», a-t-il lancé.

Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down n'ont pas été en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans la tentative d'assassinat de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia au Royaume-Uni.

Dossier:
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)

Lire aussi:

Plusieurs navires en proie aux flammes dans un port iranien - vidéos
La Russie teste un moteur électrique basé sur des technologies jamais utilisées
L’Armée de l’air d’un pays maghrébin classée première puissance en Afrique par Military Watch Magazine
«Je préfère que les gens crèvent de faim que de mourir du Covid-19», affirme le préfet d’une région algérienne - vidéo
Tags:
services spéciaux, empoisonnement, renseignement, ONU, Vassili Nebenzia, Russie, Royaume-Uni, Salisbury
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook