International
URL courte
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)
27522
S'abonner

Intervenant lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à l'affaire Skripal, l'ambassadeur russe à l'Onu a supposé que des spécialistes britanniques avaient inoculé un antidote à Sergueï et sa fille afin de les sauver. Pourtant, selon Vassili Nebenzia, pour le faire «un échantillon de même nature aurait dû être à portée de main».

Afin de sauver Sergueï Skripal et sa fille, on a dû immédiatement leur inoculer un antidote, a estimé ce jeudi au Conseil de sécurité des Nations unies le représentant permanent de la Russie à l'Onu, Vassili Nebenzia.

«Si cette substance superpuissante a été pulvérisée dans la maison des Skripal ou sur une poignée de porte, ce vers quoi, apparemment, l'enquête se dirige, alors comment Sergueï et Ioulia pouvaient-ils rester dans un état normal au cours des quelques heures suivantes? Malgré le fait que le sergent de police Nick Bailey, celui qui est venu à leur secours, a quant à lui immédiatement perdu connaissance. Comment pouvaient-ils tous survivre après cela?», s'est interrogé Vassili Nebenzia.

«La seule explication de ce fait est qu'on leur a immédiatement inoculé un antidote. Pour le faire, selon l'opinion unanime des experts, un échantillon (de l'agent utilisé, ndlr) de même nature, et non seulement une substance similaire, aurait dû être à portée de main», a déclaré le diplomate russe.

Il a également rappelé qu'à quelques kilomètres du site de l'empoisonnement se trouvait le centre de recherche britannique de Porton Down, «connu pour son développement d'armes chimiques».

«Il y a beaucoup de questions concernant son activité», a précisé Vassili Nebenzia.

Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down n'ont pas été en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans la tentative d'assassinat de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia au Royaume-Uni.

Dossier:
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)

Lire aussi:

Macron annonce la création d'une plateforme de signalement des discriminations
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
«Louis de Funès is back»: quand Jean Castex cherche des lunettes posées sur son nez – vidéo
Tags:
empoisonnement, antidote, Conseil de sécurité de l'Onu, Vassili Nebenzia, Sergueï Skripal, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook