Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Lavrov: les spécialistes sur la Russie, désormais une espèce rare en Occident

    © Sputnik . Maxim Blinov
    International
    URL courte
    7241

    Sur fond de l’affaire Skripal et de regain des tensions entre Moscou et l’Occident, le chef de la diplomatie russe a estimé que la racine du mal réside dans le manque de spécialistes sur la Russie en Europe et aux États-Unis.

    Si l'Occident souhaite que Moscou avoue tous les «péchés mortels», cela témoigne du fait qu'il ne reste plus de spécialistes sur la Russie, a estimé ce vendredi le chef de la diplomatie russe.

    «Si nos partenaires occidentaux lient la fin de la situation actuelle avec l'aveu de tous les péchés mortels par la Russie et (l'espoir, ndlr) qu'elle dise qu'elle avait toujours tort (…) S'ils comptent toujours là-dessus, les spécialistes sur la Russie ont finalement disparus. Comment dont vivre maintenant?», a-t-il déploré.

    Sergueï Lavrov a également rejeté ce vendredi les informations parues dans la presse britannique selon lesquelles la substance utilisée pour empoisonner l'ex-espion russe Sergueï Skripal aurait été fabriquée dans la région de la Volga.

    Selon lui, les démarches adoptées par Londres témoignent du fait que le Royaume-Uni cherche une confirmation à sa «posture dénuée de fondement», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

    «Si ce n'est qu'hier ou durant le mois dernier qu'ils ont appris l'existence d'une certaine usine à Saratov cela ne fait que montrer qu'ils cherchent fébrilement, frénétiquement chaque jour une quelconque confirmation de leur position indéfendable», a indiqué le ministre devant les journalistes.

    «Toutes les bases où des armes chimiques ont été stockées sont bien connues. Chikhany n'est pas l'une d'entre elles», a de son côté balayé Mikhaïl Babitch, représentant du Kremlin dans le district fédéral de la Volga et ancien président de la Commission d'État russe pour le désarmement chimique.

    Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down ont avoué ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat.

    Lire aussi:

    La Russie répond à la «révélation» UK sur un laboratoire chimique dit secret à Saratov
    Moscou: l’existence et les activités du laboratoire UK de Porton Down posent des questions
    De mal en pis: Londres détecte un nouveau laboratoire russe produisant du «Novitchok»
    Tags:
    Sergueï Skripal, Sergueï Lavrov, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik