International
URL courte
16610
S'abonner

La porte-parole de la diplomatie russe a qualifié d’«absurdité totale» les spéculations de Londres sur l’influence que le Kremlin pourrait exercer sur Victoria Skripal qui s’est vu refuser un visa britannique.

La Diplomatie russe a réagi à la version reprise par le correspondant diplomatique de BBC News, James Landale, selon laquelle la nièce de Sergueï Skripal, Victoria, n'a pu obtenir de visa britannique parce qu'elle était probablement« influencée ou contrainte par le Kremlin.

«Les uns disent que le visa n'a pas été délivré en raison du fait que, du point de vue de Londres, la visite de Victoria Skripal est organisée par le Kremlin. Bien que ce soit une absurdité totale, nous avons déjà entendu des centaines de déclarations absurdes de la part de la Grande-Bretagne», a déclaré Maria Zakharova.

Après avoir énuméré d’autres versions évoquées par les autorités britanniques sur le sujet, Mme Zakharova a souligné que «Londres a déjà tellement menti qu’il ne sait plus quoi inventer»

«Nous partons du principe que pour des raisons humanitaires au moins, le Royaume-Uni, les fonctionnaires, les diplomates britanniques doivent trouver la force de s'exprimer officiellement ne serait-ce que sur ce point», a ajouté la diplomate.

Jeudi, le 5 avril, Ioulia Skripal a fait sa première déclaration depuis l'incident à Salisbury. Elle a fait savoir qu'elle était réveillée depuis une semaine. Ensuite, Victoria a fourni l'enregistrement de la conversation téléphonique avec sa cousine Ioulia à la chaîne russe Rossiya 1. Durant cette conversation Ioulia a parlé de son état de santé et de celui de son père, Sergueï. Selon Ioulia, il allait bien et dormait au moment de cette conversation. Elle a dit à Victoria qu'ils se sentaient bien et qu'aucun d'eux n'avait de «problème insurmontable». Elle a d'ailleurs rajouté qu'ils allaient bientôt quitter l'hôpital.

Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

Lire aussi:

Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Macron annonce la création d'une plateforme de signalement des discriminations
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
Sergueï Skripal, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook