Ecoutez Radio Sputnik
    Situation au campement de migrants de Stalingrad, 4 novembre 2016

    Immigration en France, vers la fin d’un tabou?

    © Sputnik . Ksenia Kozlitina
    International
    URL courte
    Maxime Perrotin
    181225

    L’inculpation de Nicolas Dupont-Aignan pour un tweet dénonçant «l’invasion migratoire» suscite la polémique. Il est pourtant loin d’être le premier à subir les foudres de la justice dans ce domaine, mais les relaxes sont aussi légion et même des personnalités de gauche franchissent la «ligne rouge». La parole sur l’immigration se libère-t-elle?

    «On a un responsable politique de premier plan, candidat déclaré à l'élection présidentielle, qui reprend tranquillement, publiquement, à son compte une théorie complotiste et raciste née dans les tréfonds de l'extrême droite française au début de la décennie précédente»,

    Tels sont les propos- rapportés par l'AFP- non pas d'un militant antiraciste, mais d'un procureur de la République. C'est sur ce motif qu'il a requis le 04 avril une amende de 5.000 €, avec sursis, à l'encontre de Nicolas Dupont-Aigan, jugé devant la 17e chambre du tribunal correctionnel. Faisant ainsi allusion, de manière peu flatteuse, au concept du «Grand remplacement» de l'écrivain Renaud Camus, le procureur enchérit:

    «Ne pas le condamner serait considérer qu'on peut ouvrir grand les vannes de la parole raciste décomplexée.»

    La raison du courroux du Parquet de Paris? Un tweet lâché, mi-janvier 2017, alors que la campagne présidentielle se dessine et où le leader de Debout la France (DLF) évoque une «invasion migratoire» en réaction à la parution des statistiques de l'immigration du Ministère de l'Intérieur, qui annonçaient que 227.550 titres de séjour avaient été délivrés en 2016. Un nombre, estimé, qu'il compare alors au solde démographique français pour la même année, à savoir 198.000, d'après les statistiques de l'Insee.

    «C'était très surprenant de voir à quel point le Parquet ne s'est pas appuyé sur le tweet qui est mis en cause devant la juridiction, c'était très impressionnant de voir comment le Parquet a instrumentalisé la procédure à l'encontre de Nicolas Dupont Aignan»,

    s'indigne Damien Lempereur, l'un des avocats —et Porte-parole official- de Nicolas Dupont-Aignan. «On a assisté à une séance surréaliste», déclare-t-il encore: «Nous avons assisté à un procès politique, le procureur a fait une diatribe politique à l'encontre de monsieur Nicolas Dupont-Aignan», évoquant une «logique de répression, d'interdiction de la parole» de l'autorité poursuivante.

    «Si Nicolas Dupont-Aignan devait être condamné pour ce tweet, ce type de propos, alors ça veut dire qu'on ne peut plus rien dire dans notre pays. Cela veut dire que tous ceux qui veulent s'opposer à la politique migratoire du gouvernement seraient susceptibles d'être condamnés par la 17e chambre.»

    Dans la foulée de ces déclarations qui émeuvent les belles âmes de gauche, la Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme (LICRA) ne tarde pas non plus à réagir et à traîner l'homme politique devant les tribunaux.
    Deux semaines plus tard, début février, à quelques jours d'une première comparution devant un tribunal pour «provocation à la haine ou à la discrimination», le député de l'Essonne ne cachait pas son amertume au micro du Grand rendez-vous d'Europe1, de CNews et Les Échos.

    «Vous vous rendez compte? Un élu de la République, qui s'exprime sur des statistiques migratoires et qui ne fait que dire la vérité est traduit en Justice!»

    Souligner des faits pour dénoncer des tendances, une posture qui en France ne met en rien à l'abri d'une condamnation. «Un journaliste a le droit de dire la réalité» déclarait en 2011 Olivier Pardo, avocat d'Éric Zemmour, lorsque celui-ci était poursuivi par SOS Racisme, la Licra, le Mrap et l'UEJF, pour diffamation et provocation à la discrimination. Le journaliste avait finalement été relaxé pour le premier chef d'inculpation, mais condamné pour le second. En 2015, dans une autre affaire, le Parquet de Paris ne lâchera pas et fera appel de la relaxe.

    Fin 2017- là encore face à SOS Racisme, la Licra, le Mrap, l'UEJF et J'accuse- Eric Zemmour est condamné pour «provocation à la haine» pour avoir lâché à la télévision que «la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait». Des propos qui remontent à 2010 et où il était de bon ton de fustiger les contrôles au faciès —le «racisme d'État»- après qu'une agence européenne se soit émue de leur proportion en France.

    Pourtant, le polémiste avait reçu le soutien de Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre socialiste de Lionel Jospin, qui adressera un courrier à la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris affirmant que plus de la moitié des infractions sont «imputables à des jeunes dont le patronyme est de consonance africaine ou maghrébine». Une personnalité de gauche qui n'avait fait l'objet, pour sa part, d'aucune poursuite, peut-être au vu de l'enceinte réduite dans laquelle il avait diffusé son argumentaire.

    Cela n'avait pas été le cas de Robert Ménard, poursuivi pour provocation à la haine par des associations reconnues «d'utilité publique». En 2016, le maire de Béziers s'était retrouvé traîné devant la Justice par sept associations antiracistes, dont le MRAP, SOS Racisme, la Ligue des droits de l'homme ou encore la Maison des potes, pour un tweet et des déclarations sur LCI. Pourtant, comme Eric Zemmour avant lui, celui-ci fut relaxé, bien que dans le cas du journaliste ses confrères continuent à jouer sur les mots pour ne pas donner trop d'écho à cette décision de justice.
    Néanmoins ces procédures, engagées par les plaintes déposées par des associations antiracistes et d'extrême gauche ou d'un ancien ministre socialistes, pourraient avoir un coût élevé pour les contribuables biterrois.

    En face, journalistes et autres détracteurs du maire et du polémiste sur la question de l'immigration jouent les autruches et bottent en touche, brandissant le même argument totem: «le fichage ethnique et religieux est strictement interdit en France.» En somme, pas de données, pas de problème: comprenez «circulez, il n'y a rien à voir».

    Autre cas d'école, l'interview donnée par Eric Zemmour au quotidien italien Corriere della Sera en 2014. Déterrée par Jean-Luc Mélenchon, celle-ci engendrera une polémique dans la presse hexagonale, valant au chroniqueur —présenté comme «radicalisé à l'extrême droite»-, d'être remercié d'iTélé. Rares, sont les médias accusateurs à avoir fait l'effort de se pencher sur les faits. Le procès qui s'ensuivit, reflet d'une polémique qui bat encore son plein dans l'hexagone, lui a donc valu une «rupture abusive» de contrat pour laquelle la chaîne —devenue CNews- fut condamnée deux ans plus tard.

    Récemment, une autre personnalité politique a créé la polémique dans la presse (et) à gauche, bien que l'on attende encore la plainte des associations antiracistes: Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur et par conséquent observateur légitime sur la question de l'immigration. Un ministre qui aurait tenu des propos «alarmistes», «plus propres à enflammer les imaginations qu'à pacifier la discussion» quand déclarait devant les députés que certaines régions étaient «submergées par les flux de demandeurs d'asile.»

    La «submersion», une idée qui «était jusqu'ici confinée à l'extrême droite, aux franges les plus radicales de la droite», juge Libération qui, revenant sur le «malaise Collomb», dépeint un ministre «sévère», «raide», rappelant toutefois que —oui- l'opinion française est favorable à «un traitement sévère de l'immigration».

    Avec ces nouvelles affaires médiatico-juridicaires, la mise au pilori systématique de ceux qui ont le malheur d'aller à l'encontre de la doxa sur l'immigration atteint-elle ses limites?

    Lire aussi:

    Le dénouement de l’affaire Zemmour enfin proche?
    Dupont-Aignant: Debout la France restera indépendant du FN pour les législatives
    Marine Le Pen dévoile le nom du Premier ministre si elle est élue
    Tags:
    migrants, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik