International
URL courte
9792
S'abonner

Les forces armées gouvernementales syriennes ont bombardé vendredi soir au lance-missiles les positions des radicaux à Douma qui ont violé l’accord conclu sur leur évacuation de la ville et sur la libération des personnes qu’ils avaient pris en otage.

L'armée syrienne a visé ce vendredi les positions des radicaux de Jaych al-Islam, retranchés dans la ville de Douma, dans la Ghouta orientale, en riposte à leurs tirs de roquettes contre les quartiers de Damas et de sa périphérie, a rapporté l'agence Sana.

Une source militaire a indiqué à l'agence Sana que les avions de combat de l'armée arabe syrienne avaient pris pour cible les zones à partir desquelles les terroristes avaient tiré des roquettes contre les quartiers de Dhahyet al-Assad et contre le camp de Wafedin.

Selon la source, les extrémistes de Jaych al-Islam ont ainsi entravé l'accord conclu à Douma sur leur évacuation de la ville et sur la libération des personnes qu'ils avaient pris en otage, faisant en outre des blessés parmi les civils et causant des dégâts matériels.

L'interlocuteur de Sana ajoute de plus que les radicaux de Jaych al-Islam ont tiré hier soir avec des roquettes sur les zones de Mazzeh 86, Rabweh, la place des Omeyyades et Massaken Barzeh, y «faisant deux martyrs, un enfant et une femme, et 21 blessés parmi les civils».

Des sources ont affirmé à l'agence que la libération des personnes prises en otage est l'un des objectifs de l'opération militaire contre les positions des radicaux de Jaych al-Islam et que cette opération ne serait pas stoppée avant leur libération.

Lire aussi:

Les autorités ont «menti» sur l’inutilité des masques pour «une bonne cause», estime une journaliste
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
offensive, Jaysh al-Islam (Armée de l'islam), Douma, Ghouta orientale, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook