Ecoutez Radio Sputnik
    British Foreign Secretary Boris Johnson answers a question during a news conference after his meeting with Greek Foreign Minister Nikos Kotzias, in Athens on Thursday, April 6, 2017

    Affaire Skripal: Moscou sollicite une rencontre avec Boris Johnson

    © AP Photo / Petros Giannakouris
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (100)
    29285

    Sur fond de regain des tensions entre Moscou et Londres, la Russie souhaite rencontrer le chef du ministère des Affaires étrangères britannique pour discuter des relations bilatérales, ainsi que pour enquêter sur la tentative d'assassinat de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia au Royaume-Uni.

    L'ambassade de Russie à Londres a envoyé une note au ministère britannique des Affaires étrangères sollicitant une rencontre avec le chef de la diplomatie, Boris Johnson, afin de discuter de la situation à Salisbury, a déclaré samedi un porte-parole de l'ambassade russe.

    «Cela fait longtemps qu'il fallait organiser une rencontre entre l'ambassadeur russe Alexandre Iakovenko avec le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson pour discuter de l'ensemble des relations bilatérales, ainsi que pour enquêter sur l'incident à Salisbury. À cet égard, M. Iakovenko a envoyé une note personnelle à M. Johnson», a déclaré le diplomate.

    Selon lui, l'ambassade ne peut pas donner une «évaluation satisfaisante du niveau actuel de coopération» avec le ministère britannique des Affaires étrangères.

    «Nous espérons une réponse constructive de la part de la partie britannique et attendons avec impatience l'organisation d'une telle réunion dans un très proche avenir», a noté le porte-parole de l'ambassade russe.

    L'ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients près d'un centre commercial de Salisbury, en Angleterre, le 4 mars dernier. Le Royaume-Uni a accusé la Russie d'avoir organisé l'empoisonnement des Skripal par un agent neurotoxique, le Novitchok (A-234).

    Dès le début du mois de mars, Boris Johnson a affirmé qu'un des spécialistes de Porton Down lui avait confirmé l'origine russe du poison utilisé pour empoisonner les Skripal, mais cette déclaration s'avère contredire les récents résultats des analyses. Selon le chef du laboratoire Gary Aitkenhead, les chercheurs du laboratoire n'ont pas été en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans la tentative d'assassinat de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia.

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (100)

    Lire aussi:

    «Il faut renvoyer Boris Johnson» pour son «mensonge» sur l'affaire Skripal
    Au Conseil de sécurité, la date et l’heure sont fixées pour discuter de l’affaire Skripal
    Affaire Skripal: May et Johnson devront «présenter leurs excuses» à la Russie
    Tags:
    empoisonnement, Alexandre Iakovenko, Sergueï Skripal, Boris Johnson, Salisbury, Londres, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik