International
URL courte
18244
S'abonner

Les radicaux de Jaych al-Islam exécutent des civils qui protestent dans la Ghouta orientale, selon le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

Dans la ville syrienne de Douma, dans la Ghouta orientale, les radicaux du groupe Jaych al-Islam cherchent à intimider et exécutent des civils qui manifestent et plaident en faveur de la sortie des extrémistes de la ville, communique le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie. Comme l'indique le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Youri Evtouchenko, les extrémistes utilisent les civils comme boucliers humains.

Il a en outre fait remarquer que ces dernières 48 heures les radicaux avaient tiré 25 obus et roquettes qui ont tué sept personnes et fait 42 blessés parmi les civils. Et de rajouter que l'intensité des pilonnages augmentait.

Les radicaux du groupe Jaych al-Islam ont violé, samedi, l'accord sur leur évacuation de la ville et la libération des personnes prises en otages. De plus, ils ont à nouveau pilonné les quartiers résidentiels de la capitale syrienne, tuant un enfant et faisant de nombreux blessés.

La veille de cette attaque, les radicaux avaient déjà fait 4 morts et 22 blessés en pilonnant Damas.

Depuis 2012, la capitale syrienne se retrouve régulièrement sous le feu des extrémistes occupant la Ghouta orientale, banlieue est de Damas. Actuellement, la libération de cette zone du joug islamiste est en cours. Il y a une semaine, le Commandement des forces armées syriennes a annoncé avoir libéré toutes les villes et localités de la Ghouta, il ne reste que la ville de Douma qui reste occupée par des radicaux.

Lire aussi:

L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Ce pays européen a été désigné par la Chine comme possible point d’origine du coronavirus
La LDNA, mouvement pour la défense des Africains, espère la dissolution de l’Église catholique
Tags:
radicaux, Jaysh al-Islam (Armée de l'islam), Ghouta orientale, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook