Ecoutez Radio Sputnik
    Des migrants en Allemagne

    En Allemagne, même des musulmans de la 4e génération «ne se sentent pas comme chez eux»

    © AFP 2018 PHILIPP GUELLAND
    International
    URL courte
    Crise migratoire en Allemagne (45)
    9235

    Depuis les cinq dernières années, le nombre d’adeptes du salafisme, forme d’islamisme radical, a doublé en Allemagne. Susanne Schröter, qui dirige le centre de recherche sur l’islam auprès de l’Université Goethe de Francfort-sur-le-Main, a fait part de ses réflexions sur cette tendance alarmante dans un entretien accordé à Sputnik.

    La proclamation en 2014 du «califat» par Abou Bakr al-Baghdadi a enthousiasmé les jeunes musulmans à travers le monde, y compris en Allemagne. À l'époque, ils partaient en masse pour l'Irak et la Syrie afin de rallier les rangs de Daech*. Aujourd'hui, devenus djihadistes, ils reviennent, a rappelé Susanne Schröter à Sputnik.

    «En Allemagne, le salafisme est un mouvement de jeunes en plein essor. […] Bien des jeunes musulmans ont basculé dans cet islamisme radical», a constaté l'interlocutrice de l'agence.

    Et d'expliquer qu'en 2015, les autorités allemandes avaient donné refuge à plus d'un million de migrants qui n'étaient pas tous pacifiques.

    «Il y avait aussi parmi eux des radicaux qui ont fait grossir les rangs des salafistes dans notre pays. […] Ils sont potentiellement dangereux. C'est extrêmement alarmant et il faut y réagir», a prévenu Mme Schröter.

    L'universitaire a reconnu que c'est justement en Allemagne que les adeptes du salafisme sont particulièrement nombreux.

    «Le problème est que bien des jeunes musulmans des deuxième, troisième et même quatrième générations en Allemagne ne s'y sont toujours pas bien intégrés. […] En Allemagne, ils ne se sentent pas comme chez eux et […] sont par conséquent extrêmement exposés à des idées radicales», a résumé l'interlocutrice de Sputnik.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Dossier:
    Crise migratoire en Allemagne (45)

    Lire aussi:

    «Je suis Qatar»: sous la plume des imams fondamentalistes
    Djihadisme au féminin: l’Allemagne démantèle un réseau de «veuves noires»
    Daech confirme la mort de son chef Abou Bakr al-Baghdadi
    Tags:
    intégration, refuge, autorités, radicalisation, radicaux, salafisme, musulmans, migrants, Sputnik, Université Goethe, Daech, Susanne Schröter, Abou Bakr al-Baghdadi, Irak, Syrie, Allemagne, Francfort-sur-le-Main
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik