Ecoutez Radio Sputnik
    un banquier saoudien

    Des Saoudiens arrêtés pour corruption menacés d’être jugés pour terrorisme

    © AFP 2018 HASSAN AMMAR
    International
    URL courte
    3150

    Plusieurs Saoudiens, dont des membres de la famille royale, avaient été arrêtés dans le cadre d’une vaste campagne anticorruption qui se déroule en Arabie saoudite. Mais selon des informations récentes, certains d’entre eux risquent d’être jugés pour des infractions plus graves, notamment pour terrorisme.

    Des dizaines de Saoudiens soupçonnés de corruption et encore détenus depuis leur arrestation en novembre peuvent être jugés devant des tribunaux spécialisés dans des affaires de terrorisme, a rapporté dimanche le quotidien saoudien Asharq al-Awsat.

    «Chaque affaire sera traitée séparément. Certaines seront examinées par des services spécialisés dans le blanchiment d'argent, tandis que d'autres seront renvoyées devant des tribunaux spécialisés dans les questions de sécurité nationale et de terrorisme», a indiqué le journal, se référant au procureur général adjoint de l'Arabie saoudite, Saud al-Hamad.

    Il s'agit notamment de personnes qui ont refusé des arrangements financiers avec les autorités et d'autres soupçonnées d'avoir commis des «infractions plus graves», indique le journal, cité par l'AFP.

    En novembre 2017, le Comité national anti-corruption d'Arabie saoudite, dirigé par Mohammed ben Salmane, a fait arrêter environ deux cents personnes, dont des princes, de hauts responsables et des hommes d'affaires. Ils étaient accusés de blanchiment d'argent, d'abus de pouvoir, de corruption et de détournement de fonds. Actuellement, 56 personnes sont toujours en détention.

    Lire aussi:

    La prison 5 étoiles des princes saoudiens arrêtés dévoilée
    De l’hôtel Ritz à la prison, le parcours des princes saoudiens accusés de corruption
    Les princes saoudiens arrêtés seraient invités à payer une «rançon»
    Tags:
    terrorisme, corruption, Mohammed Ben Salmane, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik