International
URL courte
Opération turque «Rameau d’olivier» contre les Kurdes à Afrine (114)
8364
S'abonner

Selon le ministre russe des Affaires étrangères, le meilleur moyen pour normaliser la situation dans la ville syrienne d’Afrine serait de la faire passer sous le contrôle de Damas.

Lors d'une conférence de presse lundi, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a annoncé la position de Moscou sur la situation à Afrine, qui a été prise par l'armée turque en mars dernier.

«Le moyen le plus facile pour normaliser la situation à Afrine est de faire passer ce territoire sous le contrôle du gouvernement syrien. Nous n'avons jamais été guidés par une autre position», a déclaré M.Lavrov.

«Dans les circonstances où les États-Unis ont commencé à flirter avec les détachements kurdes pour créer une forme de ceinture de sécurité», le Président turc Recep Tayyip Erdogan «a vu dans ces projets une menace pour les intérêts sécuritaires de la Turquie», a noté le ministre russe.

«Erdogan n'a jamais déclaré que la Turquie voulait occuper Afrine», a souligné M.Lavrov.

Le 18 mars, l'état-major turc a annoncé avoir pris le contrôle d'Afrine. Le 24 mars, le ministère turc de la Défense nationale a affirmé avoir instauré son contrôle sur l'ensemble du canton d'Afrine.

Damas a condamné les actions turques dans le canton d'Afrine, rappelant que ce territoire faisait partie intégrante du territoire syrien. Moscou a appelé toutes les parties à la retenue et au respect de l'intégrité territoriale de la Syrie.

 

Dossier:
Opération turque «Rameau d’olivier» contre les Kurdes à Afrine (114)

Lire aussi:

Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Agriculteur en colère: marre des «écolo-bobos donneurs de leçons»
Assassinat de Mohsen Fakhrizadeh: un temps Mossad à Téhéran
Tags:
opération militaire, Turquie, Syrie, Afrine (Syrie)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook