Ecoutez Radio Sputnik
    Ministère syrien des Affaires étrangères à Damas

    Frappe israélienne: Damas se réserve le droit de protéger son peuple par tous les moyens

    © East News. Zhang Naijie
    International
    URL courte
    Frappe contre la base de Tiyas en Syrie (12)
    8602

    La Syrie, où une base aérienne a été lundi la cible d'une frappe aérienne d'Israël, a déclaré qu'elle n'hésiterait pas à défendre son territoire et ses habitants.

    La Syrie se réserve le droit de protéger sa population et son territoire par tous les moyens, a déclaré lundi le ministère syrien des Affaires étrangères commentant la frappe israélienne contre la base aérienne syrienne de Tiyas, dans le gouvernorat de Homs.

    «La Syrie déclaré qu'elle n'hésitera pas à défendre son territoire, sa population et sa souveraineté, selon la Charte des Nations unies et le droit international», a indiqué l'agence syrienne Sana, citant une lettre du ministère des Affaires étrangères adressée au secrétaire général des Nations unies.

    La base aérienne syrienne de Tiyas, également connue sous le nom de T-4, située près de Palmyre, a été attaquée avec des missiles le 9 avril au matin. Selon des médias syriens, l'attaque a fait des morts et des blessés. 

    Selon le ministère russe de la Défense, la frappe a été réalisée par deux chasseurs israéliens F-15: trois missiles ont atteint leur cible et cinq autres ont été abattus. Israël n'a pas commenté l'information de la Défense russe.

    Dossier:
    Frappe contre la base de Tiyas en Syrie (12)

    Lire aussi:

    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    Des chasseurs britanniques décollent d’une base de l’Otan pour barrer la route à des Su-30 russes
    Tags:
    frappe aérienne, aérodrome syrien T-4 de Tiyas, ministère syrien des Affaires étrangères, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik