International
URL courte
6302
S'abonner

Le scandale autour de l’empoisonnement de Sergueï Skripal et sa fille est étroitement lié à la situation en Syrie, notamment à l’utilisation d’armes chimiques dans ce pays, estiment des experts syriens qui ont raconté à Sputnik que cette carte faisait partie du jeu politique de Washington.

L'affaire Skripal est liée à la situation en Syrie et notamment à l'utilisation d'armes chimiques à Khan Cheikhoun, a déclaré à Sputnik l'expert du Centre des recherches stratégiques Somar Saleh.

Selon lui, l'attaque chimique à Khan Cheikhoun, qui a eu lieu le 4 avril 2017 et a tué près de 80 personnes, est de nouveau évoquée pour pousser Moscou à soutenir l'initiative d'une enquête spéciale sur la Syrie orientée par des pays occidentaux, tels que les États-Unis, la France et la Royaume-Uni.

«Si la Russie refuse, elle sera frappée médiatiquement. Ainsi, la Russie serait liée à cet incident [chimique, ndlr] de telle ou telle manière si elle ne permet pas d'établir la vérité. En cas de besoin, tout cela sera lié à l'histoire des Skripal», a expliqué M.Saleh.

Même si Moscou soutient l'initiative d'une enquête spéciale, il y a un autre risque, estime le spécialiste.

«Si l'on prend la décision de mener une enquête spéciale, le fait que la Turquie ait apporté un fort soutien à des terroristes à Idlib sera dévoilé. Cela pourrait être présenté comme une démarche russe contre la Turquie. […] En activant la question d'une enquête sur les attaques chimiques, l'Occident entend nuire aux relations stratégiques russo-turques», a-t-il ajouté.

Cela étant, M.Saleh a fait le lien entre le sujet des armes chimiques en Syrie et l'empoisonnement de Sergueï Skripal.

«L'enquête menée à Londres a montré l'impossibilité de déterminer où précisément la substance toxique А-232 [utilisée contre M.Skripal et sa fille, ndlr] a été fabriquée. Toutefois, il est clair que beaucoup souhaitent que la Russie soit le fournisseur du poison. […] On sait qu'en Syrie, toutes les réserves d'armes chimiques ont été détruites. Alors d'où viennent les agents chimiques? Selon le plan britannique, on veut aussi en accuser la Russie», a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

L'expert militaire Hasan Hasan a à son tour évoqué le rôle des accusations de l'utilisation d'armes chimiques dans la stratégie des États-Unis au Proche-Orient.

«D'après l'actuelle stratégie américaine dans le région, l'affaire de l'utilisation d'armes chimiques peut être utilisée pour brouiller les cartes. Les États-Unis essayent d'accuser la Russie d'avoir échoué dans sa lutte antiterroriste», a-t-il indiqué.

Washington a besoin d'une escalade en Syrie pour plusieurs raisons, a expliqué M.Hasan. D'abord, pour montrer qu'il n'y a pas de victoire facile contre le terrorisme, ensuite pour entraver la stabilisation de la situation et finalement pour affirmer son contrôle sur les organisations internationales, a expliqué l'expert.

«Le Conseil de Sécurité de l'Onu est la seule exception parce que la Russie et la Chine sont capables d'opposer leur véto sur ces décisions», a-t-il ajouté.

Hasan Hasan a aussi décrit le rôle spécifique d'organisations de défense des droits de l'Homme, notamment de Human Rights Watch, dans la politique des États-Unis.

«L'organisation Human Rights Watch agit dans le cadre de la stratégie américaine. Certains disent que Human Rights Watch évalue parfois de manière critique les actions des États-Unis. Mais cela fait partie de la guerre médiatique […]. Tout est fait pour que le grand public dans les pays de l'Otan et aux États-Unis ne sache pas ce qui se passe dans les faits dans les zones de conflits», explique-t-il.

Un rôle similaire est joué par les Casques blancs, selon lui.

Toutefois, tous ces efforts de Washington sont inutiles à cause «de la persistance du peuple syrien et de ses alliés», estime M.Hasan.

«Maintenant, des pays occidentaux jouent la carde des armes chimiques, mais elle ne sert à rien. […] Ainsi, ils n'ont pas d'autre choix que des menaces et une escalade de la situation sur le champ de bataille. Poutine a récemment dit que les forces armées de la Russie étaient capables de repousser n'importe quelle agression et de protéger son pays et ses alliés», a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

Le 4 mars dernier, l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni. La Russie a toujours démenti les allégations de Londres.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Le nouveau maire RN de Perpignan augmente sa propre indemnité dès le premier conseil municipal
La Chine assure qu'une pneumonie inconnue «beaucoup» plus mortelle que le Covid-19 se propage au Kazakhstan
Washington annonce 1,3 milliard de dollars de sanctions contre la France puis les gèle
Tags:
empoisonnement, enquête, expert, stratégie, armes chimiques, Human Rights Watch (HRW), Casques blancs syriens, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Sergueï Skripal, Turquie, Washington, Moscou, Russie, Royaume-Uni, France, États-Unis, Khan Cheikhoun, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook