Ecoutez Radio Sputnik
    Syrians walk past damaged buildings on April 7, 2017, in the rebel-held town of Douma, on the eastern outskirts of Damascus.

    Foreign Policy a imaginé ce que donnerait une frappe US sur la Syrie

    © AFP 2018 Sameer Al-Doumy
    International
    URL courte
    Attaque chimique présumée à Douma (76)
    446116

    Si le Président Trump décide d’engager une action militaire contre le gouvernement syrien en réponse à l’attaque chimique présumée à Douma, il devrait certainement lancer une opération plus puissante que l’année dernière, écrit la revue Foreign Policy.

    Sur fond de tensions autour de l'attaque chimique présumée contre la ville syrienne de Douma, la revue analytique Foreign Policy a commenté les options de Washington en Syrie.

    La frappe de missiles américains Tomahawk de l'année dernière, menée en réponse à une attaque au gaz sarin attribuée à Damas par Washington contre la ville syrienne de Khan Cheikhoun, a «fait la Une des journaux, mais a été trop faible pour vérifier la volonté ou la capacité du gouvernement syrien à commettre d'autres attaques», peut-on lire dans la revue.

    «Bien que les destroyers américains dans la mer Méditerranée aient tiré 59 missiles sur la base aérienne à partir de laquelle l'attaque a été lancée, les frappes n'ont pas causé de dommages sérieux ni aux stocks d'armes chimiques du gouvernement syrien ni à ses capacités militaires. En effet, des avions syriens ont décollé de la même base aérienne quelques heures plus tard», rappelle l'article.

    «Pour infliger suffisamment de pertes au gouvernement de Bachar al-Assad et envoyer le signal que veut Trump, les États-Unis devraient toucher un plus grand nombre de cibles. Faire en sorte que les capacités militaires d'Assad soient paralysées», résume Foreign Policy, soulignant que des cibles militaires aussi bien à l'est qu'à l'ouest du pays pourraient être attaqués.

    Les radicaux du groupe Jaych al-Islam ont précédemment accusé les forces gouvernementales syriennes d'avoir eu recours, samedi 7 avril, à des armes chimiques contre un hôpital de Douma, dans la Ghouta orientale. Ces allégations ont été reprises par les puissances occidentales, le Président américain ayant estimé que la Syrie devrait «payer le prix fort pour l'attaque chimique».

    De son côté, la Russie a démenti l'information sur une bombe au chlore qui aurait été larguée par des militaires syriens sur Douma. Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que l'intox sur l'emploi d'armes chimiques par l'armée syrienne était destinée à justifier les actions des terroristes et les éventuelles frappes militaires étrangères.

    Le ministère syrien des Affaires étrangères a pour sa part indiqué que les accusations portant sur l'utilisation d'armes chimiques par les forces gouvernementales étaient ennuyeuses et peu convaincantes.

    Dossier:
    Attaque chimique présumée à Douma (76)

    Lire aussi:

    «Vengeance rapide»: l’UK va bombarder la Syrie? May répond à Trump
    Opposé au projet US, Moscou demande de mettre au vote ses deux résolutions sur la Syrie
    Attaque chimique présumée en Syrie: ce que les militaires russes trouvent à Douma (vidéo)
    Tags:
    frappes, opinion, médias, Douma, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik