Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Attaque chimique présumée à Douma: Moscou ne croira plus les experts «sur parole»

    © Sputnik . Ilia Pitalev
    International
    URL courte
    16542

    Moscou n’a obtenu aucune réponse à sa proposition à l’OIAC de visiter la Syrie pour mener une enquête sur l’attaque chimique présumée dans la ville de Douma, a déclaré le chef de la diplomatie russe, en insistant sur la nécessité de mener une enquête détaillée sur cette affaire.

    Alors que Moscou a proposé aux experts de l'OIAC de mener une enquête sur l'attaque chimique présumée dans la ville de Douma, aucune réponse n'a jusqu'à présent été reçue, a annoncé le ministre russe des Affaires étrangères.

    «Non, nous n'avons obtenu aucune réponse. Nous entendons des déclarations de la Haye qui affirment que l'enquête est déjà en cours ou plutôt même que cet incident a eu lieu. Car à l'heure actuelle, il est impossible de prouver l'utilisation de substances chimiques quelconques», a déclaré aux journalistes Sergueï Lavrov.

    Par ailleurs, le chef de la diplomatie russe a affirmé que Moscou ne croira plus sur paroles des conclusions faites à distance.

    «Nous ne pouvons plus croire sur parole des résultats obtenus à l'issue d'une enquête menée à distance, comme c'était le cas il y a un an à Khan Cheikhoun lorsqu'à la fin de cette enquête à distance on a eu un rapport flou, rempli de phrases comme "highly possible" ou "highly likely". Nous connaissons la valeur de ces expressions et n'y croirons plus jamais», a-t-il tranché.

    Dans le même temps, M. Lavrov a souligné que cette situation à Douma rappelait celle qui a eu lieu à Khan Cheikhoun.

    «Comme il y a un an, lorsque nous avons refusé fermement d'accepter la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu qui était basée sur des conclusions et appréciations très floues et brouillées», a-t-il conclu.

    Les radicaux du groupe Jaych al-Islam ont précédemment accusé les forces gouvernementales syriennes d'avoir eu recours, samedi 7 avril, à des armes chimiques contre un hôpital de Douma, dans la Ghouta orientale. Ces allégations ont été reprises par les puissances occidentales, le Président américain ayant estimé que la Syrie devrait «payer le prix fort pour l'attaque chimique».

    De son côté, la Russie a démenti l'information sur une bombe au chlore qui aurait été larguée par des militaires syriens sur Douma. Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que l'intox sur l'emploi d'armes chimiques par l'armée syrienne était destinée à justifier les actions des terroristes et les éventuelles frappes militaires étrangères.

    Le ministère syrien des Affaires étrangères a pour sa part indiqué que les accusations portant sur l'utilisation d'armes chimiques par les forces gouvernementales était ennuyeuses et peu convaincantes.

    Lire aussi:

    Attaque chimique présumée en Syrie: ce que les militaires russes trouvent à Douma (vidéo)
    Opposé au projet US, Moscou demande de mettre au vote ses deux résolutions sur la Syrie
    «Vengeance rapide»: l’UK va bombarder la Syrie? May répond à Trump
    Tags:
    attaque chimique, accusations, politique, OIAC, Sergueï Lavrov, Douma, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik