Ecoutez Radio Sputnik
    Le Kremlin

    Kremlin: coller des étiquettes devient une habitude pour les USA et leurs alliés

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    Attaque chimique présumée à Douma (79)
    6202

    Washington et ses alliés adoptent une position non-constructive sur la situation en Syrie et refusent de regarder la réalité en face, a indiqué le porte-parole du Président russe, qui a ajouté que Moscou restait attaché au règlement diplomatique de la crise syrienne.

    La position des États-Unis et de certains autres pays sur la situation actuelle en Syrie n'est pas constructive, estime le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov.

    «Vous voyez tout à fait la position non-constructive prise par certains pays, y compris par les États-Unis. Ils refusent à priori de regarder la réalité en face et mettent des étiquettes sur des faits d'utilisation de substances toxiques dans la Ghouta», a déclaré M.Peskov aux journalistes.

    Cela étant, ces pays négligent le besoin d'une enquête impartiale de ces incidents, a souligné le porte-parole du Président russe.

    «Aucun d'entre eux n'a parlé de la nécessité de mener une enquête impartiale. Autrement dit, coller des étiquettes et rendre des verdicts sans aucune enquête sont devenus une habitude», a-t-il ajouté.

    Toutefois, la Russie ne renoncera pas aux efforts diplomatiques pour régler la crise syrienne.

    «Sans aucun doute, cela réduit la marge de manœuvre des efforts diplomatiques. Mais cela ne veut pas dire que la partie russe entend refuser de travailler activement dans le domaine diplomatique. Ce travail sera naturellement poursuivi», a conclu Dmitri Peskov.

    Au cours des derniers jours, la situation en Syrie s'est sérieusement tendue sur fond d'attaque chimique présumée à Douma. Les radicaux du groupe Jaych al-Islam ont précédemment accusé les forces gouvernementales syriennes d'avoir eu recours, samedi 7 avril, à des armes chimiques contre un hôpital de Douma, dans la Ghouta orientale. Ces allégations ont été reprises par les puissances occidentales, le Président Trump ayant estimé que la Syrie devait «payer le prix fort pour l'attaque chimique».

    La diplomatie russe a pour sa part qualifié d'«intox» les informations sur une attaque chimique en Syrie.

    Dans la nuit du 8 au 9 avril, la base aérienne syrienne Tiyas, située entre Homs et Palmyre, a été attaquée avec des missiles. Selon le ministère russe de la Défense, la frappe a été réalisée par deux chasseurs israéliens F-15.

    Les médias syriens ont qualifié la frappe aérienne d'«agression israélienne» et ont évoqué des morts et des blessés.

    Dossier:
    Attaque chimique présumée à Douma (79)

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad et sa famille seraient toujours en Syrie
    L’Agence européenne de la sécurité aérienne avertit sur les vols en Méditerranée orientale
    Kremlin: aucune preuve attestant l’emploi d’armes chimiques à Douma
    Tags:
    attaque chimique, porte-parole, diplomatie, enquête, Kremlin, ministère russe de la Défense, Donald Trump, Dmitri Peskov, Douma, Ghouta orientale, Homs, Palmyre, Moscou, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik