Ecoutez Radio Sputnik
    Ghouta orientale

    Dans la Ghouta orientale, des hôpitaux sur roues en action (vidéo)

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    Situation dans la Ghouta orientale (printemps 2018) (44)
    0 200

    La Ghouta orientale est libérée mais la situation humanitaire reste extrêmement difficile parce que les habitants ont du mal à avoir accès aux médicaments et à une aide médicale. Les autorités syriennes ont trouvé un moyen pour régler ce problème: des ambulances transformées en mini hôpitaux!

    Les résidents de la Ghouta orientale, qui n'ont pas voulu la quitter, vivent dans des conditions difficiles: de nombreux bâtiments sont détruits, les infrastructures ne fonctionnent plus, il n'y a pas d'accès aux services et produits de première nécessité.

    Il est notamment impossible d'obtenir une aide médicale car les hôpitaux ne peuvent pas recevoir de patients. Par conséquent, le gouvernement a organisé un système de postes médicaux mobiles à l'aide d'ambulances.

    Le ministère syrien de la Santé a fourni plusieurs ambulances pour que les médecins puissent vacciner les enfants et les adultes, tenir des consultations et apporter des médicaments. Les habitants font la queue pour se rendre dans ces cabinets médicaux improvisés.

    Retrouvez une vidéo de Sputnik sur les hôpitaux sur roues dans la Ghouta orientale:

    Avec la libération de Douma, les troupes gouvernementales syriennes, soutenues par leurs alliés, ont réussi à libérer des terroristes toutes les localités de la Ghouta orientale.

     

    Dossier:
    Situation dans la Ghouta orientale (printemps 2018) (44)

    Lire aussi:

    La vie reprend son cours dans la Ghouta orientale (vidéo)
    L’aide humanitaire russe arrive dans la Ghouta orientale libérée (vidéo)
    L’armée syrienne annonce la libération de toutes les localités de la Ghouta orientale
    Tags:
    quartiers résidentiels, ambulance, hôpital, Syrie, Ghouta orientale
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik