International
URL courte
4281
S'abonner

L’attaque israélienne visant la base aérienne Tiyas, en Syrie, a servi non seulement à détourner l’attention des victoires de l’armée syrienne dans la Ghouta orientale mais aussi à mettre à l’épreuve le système antimissile syrien, a affirmé à Sputnik un général syrien. Selon lui, cette attaque a été orchestrée par Washington.

Muhammed Mulhem, général de brigade et expert militaire syrien, a commenté au micro de Sputnik la dernière attaque visant la base aérienne syrienne Tiyas. Selon lui, cette attaque avait des motifs stratégiques précis et était orchestrée depuis Washington.

«Il n'y a aucun doute qu'Israël a accompli la tâche, qui est cet acte d'agression, à la place des États-Unis. La Russie a déclaré qu'elle réagirait sévèrement à l'agression américaine, c'est pourquoi Israël en a été l'exécutant. Israël ne pouvait pas effectuer cette opération sans coordination avec les États-Unis», a-t-il affirmé.

Un autre objectif de cette attaque réside, selon lui, dans le «redressement du moral des terroristes pour qu'ils continuent leur mission de détruire la Syrie».

«Aujourd'hui, tout est fait pour retarder la défaite totale des terroristes et détourner l'attention de la défaite américaine dans la Ghouta orientale. La déclaration des Américains selon laquelle ils n'ont pas mené d'attaques contre la Syrie doit être comprise comme leur volonté de ne pas rentrer en confrontation directe avec la Russie», a-t-il poursuivi.

Dans le même temps, M.Mulhem a soulevé la question du retrait des forces américaines de Syrie.

«En ce qui concerne le retrait des Américains de Syrie, nous voyons que cette décision n'est pas prise uniquement par Donald Trump. Il existe de nombreux centres de recherche, instituts et experts qui examinent les conséquences de telles ou telles décisions. Nous attendons que dans les six mois à venir les Américains quittent la Syrie. Aujourd'hui, Washington essaie d'engager les Européens dans la crise syrienne pour leur faire porter la responsabilité de la défaite», a-t-il déclaré.

Le militaire a également souligné que cette attaque visait à tester les performances des systèmes antimissiles syriens.

«Il est important que le système antimissile syrien ait montré ses capacités de combat ainsi que sa capacité à intercepter une frappe aérienne», a-t-il ajouté.

En outre, M.Mulhem a souligné que les avions israéliens n'avaient pas osé franchir les frontières syriennes, de peur d'être abattus.

La base aérienne syrienne Tiyas a été attaquée avec des missiles tôt lundi dans la matinée. Selon des médias syriens, l'attaque a fait des morts et des blessés. D'après le ministère russe de la Défense, la frappe a été réalisée par deux chasseurs israéliens F-15: trois missiles ont atteint leur cible et cinq autres ont été abattus. Israël a refusé de commenter la situation.

Lire aussi:

Emmanuel Macron annonce la réintroduction du confinement en France métropolitaine
Le Kremlin réagit après les piques de Kadyrov contre Macron
Armés de marteaux et de couteaux, des militants turcs et arméniens s’affrontent sur l'A7 - images
La Turquie promet une riposte après la caricature d'Erdogan dans Charlie Hebdo
Tags:
terrorisme, opération militaire, politique, frappe aérienne, base aérienne, États-Unis, Israël, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook