Ecoutez Radio Sputnik
    L'hôpital de Salisbury qui a accueilli Sergueï et Ioulia Skripal

    La Russie s’exprime sur un éventuel relogement secret des Skripal vers un pays tiers

    © Sputnik . Alexey Filippov
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (100)
    12422

    La Russie considérera l’éventuel relogement secret de l’ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia comme un enlèvement de deux de ses citoyens, d’après l’ambassade russe à Londres.

    Le relogement secret de l’ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, qui se remettent de leur empoisonnement du 4 mars en Angleterre, sera une nouvelle violation par Londres des normes du droit international, a déclaré mardi à Sputnik le porte-parole de l’ambassade russe au Royaume-Uni.

    «Si Sergueï et Ioulia Skripal sont relogés, il est fort probable qu’il sera alors impossible d’entendre leur version des événements du 4 mars. S’ils sont injoignables, le monde pourra considérer cette situation comme l’enlèvement de deux citoyens de la Fédération de Russie ou, du moins, comme leur isolement forcé», a indiqué le porte-parole.

    Les médias britanniques ont récemment annoncé que Sergueï et Ioulia Skripal pourraient être transférés aux États-Unis, en Australie, au Canada ou en Nouvelle-Zélande et qu’on leur proposerait de s’installer aux États-Unis sous une autre identité.

    Selon le diplomate, le transfert des Skripal dans un pays tiers constituera «une nouvelle violation par Londres des normes du droit international».

    «La Grande-Bretagne ne respecte pas ses engagements prévus par la Convention de Vienne sur les relations consulaires et la Convention consulaire bilatérale russo-britannique. La Russie se voit interdire l’accès consulaire à des citoyens de la Fédération de Russie et ne reçoit aucune information vérifiable sur leurs souhaits dans ce domaine. L’explication du refus d’accorder un visa britannique à Viktoria Skripal [nièce de Sergueï Skripal, ndlr], qui voulait rendre visite à ses proches au Royaume-Uni, a aussi été absurde et invraisemblable», a ajouté le diplomate.

    Les relations entre la Moscou et Londres se sont dégradées sur fond d’empoisonnement à Salisbury de l’ex-agent double Sergueï Skripal, 66 ans, et de sa fille Ioulia, 33 ans, le 4 mars dernier. Le père et la fille se rétablissent vite et Ioulia Skripal a récemment quitté l’hôpital. Les autorités britanniques affirment que les Skripal ont été empoisonnés par un agent neurotoxique, A234 qu’elles appellent Novitchok, et que l’État russe est impliqué.

    Londres a précédemment déclaré que l’agent A234 aurait été créé en Russie. Moscou a catégoriquement démenti toutes les spéculations à ce sujet, indiquant qu’un programme de développement de cet agent neurotoxique n’a jamais été réalisé ni en URSS ni en Russie.

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (100)

    Lire aussi:

    Moscou a toutes les raisons de considérer la disparition des Skripal comme un enlèvement
    La nièce de Sergueï Skripal veut se rendre à Londres pour ramener ses proches en Russie
    Moscou se voit refuser l’accès à Skripal
    Tags:
    Convention de Vienne sur les relations consulaires (1963), A234, ambassade de Russie au Royaume-Uni, Viktoria Skripal, Sergueï Skripal, Ioulia Skripal, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, États-Unis, Russie, Royaume-Uni, Salisbury
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik