International
URL courte
Attaque chimique présumée à Douma (81)
19215200
S'abonner

Emmanuel Macron a indiqué mardi les cibles d'une éventuelle frappe française en Syrie au cours d'un entretien avec le prince saoudien Mohammed ben Salmane Al Saoud.

Si la France décide de porter une frappe contre la Syrie en réaction à l'attaque chimique présumée à Douma, elle visera les sites de production de substances chimiques, a déclaré mardi le Président Macron lors d'un entretien avec le prince saoudien Mohammed ben Salmane, en visite en France.

Selon lui, la frappe ne touchera pas les alliés de Damas.

«En aucun cas les décisions que nous prendrions n'auraient vocation à toucher des alliés du régime ou s'attaquer à qui que ce soit mais bien à s'attaquer aux capacités chimiques détenues par le régime», a-t-il noté.

Le Président a promis d'annoncer sa décision concernant la Syrie «dans les prochains jours».

Il a toutefois précisé que la France n'était pas intéressée à une escalade militaire au Proche-Orient.

M.Macron a appelé à rétablir le Mécanisme conjoint créé par l'Onu et l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) pour enquêter sur les cas d'emploi présumé d'armes chimiques en Syrie.

Le Président américain Trump avait précédemment évoqué la possibilité de recours à la force par Washington en Syrie, commentant l'attaque chimique présumée à Douma du 7 avril.

Des experts militaires russes, qui se sont rendus sur les lieux, n'ont pas découvert de traces d'armes chimiques à Douma. Les autorités syriennes démentent aussi les informations sur l'attaque. Le ministère russe des Affaires étrangères estime que la diffusion de fausses informations sur l'attaque chimique à Douma est destinée à justifier une ingérence militaire étrangère.

Dossier:
Attaque chimique présumée à Douma (81)

Lire aussi:

Netanyahou accuse l'Iran de l'attaque d'un navire israélien et promet de riposter
Trump évoque «la catastrophe énergétique» aux USA et la dépendance au pétrole russe sous Biden
«J’ai déjà fait barrage, cette fois c’est fini»: la Une de Libération sur le RN indigne la majorité
Opération de police au siège du FC Barcelone, le président Bartomeu aurait été arrêté
Tags:
Mohammed ben Salmane Al-Saoud, frappes, ONU, OIAC, Emmanuel Macron, Douma, Arabie Saoudite, Syrie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook