International
URL courte
621547
S'abonner

En rejetant la résolution russe sur l’enquête concernant les événements dans la ville syrienne de Douma proposée dans le cadre du Conseil de sécurité de l’Onu, les États-Unis ont démontré qu’ils ne cherchaient pas la vérité, mais brandissaient des menaces lourdes de tristes conséquences, selon l’ambassadeur russe à l’Onu.

Dans son commentaire à propos du refus de certains États d'adopter le texte de résolution russe sur l'enquête des événements à Douma proposé au Conseil de sécurité, l'ambassadeur russe auprès de l'Onu, Vassili Nebenzia, a déclaré que les États-Unis ne cherchaient pas la vérité, mais formulaient des menaces capables de conduire le monde à de graves et tristes conséquences.

«Vous dites que nous sommes bons au jeu. Je n'en suis pas sûr. En revanche, je sais que vous êtes bons dans les menaces. Les menaces que vous énoncez maintenant à l'égard de la Syrie doivent fortement nous préoccuper, parce que nous pouvons nous retrouver au seuil d'événements extrêmement tristes et graves. Je vous demanderai une fois de plus de renoncer aux projets que vous fomentez visiblement à l'égard de la Syrie», a dit le diplomate.

«Le fait que vous n'ayez pas adopté la résolution témoigne, à notre grand regret, que nos partenaires et collègues américains n'ont besoin d'aucune enquête. Nous regrettons que cette résolution (proposée par la Russie, ndlr) n'ait pas été adoptée. Mais j'espère que la mission de l'OIAC se rendra bientôt en Syrie et s'occupera de ce dont elle doit s'occuper en vertu de son mandat, à savoir l'établissement des faits qui ont eu lieu à Douma», a poursuivi M.Nebenzia.

L'initiative russe prévoyant l'envoi de spécialistes de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) dans la ville syrienne de Douma, qui avait prétendument subi une attaque chimique samedi dernier, n'a pas obtenu le nombre minimal requis de voix.
Deux membres permanents du Conseil, la Russie et la Chine, ont soutenu la proposition, ainsi que trois autres pays: la Bolivie, l'Éthiopie et le Kazakhstan. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France (membres permanents), tout comme la Pologne, ont voté contre le document. Six pays ont préféré s'abstenir.

Les radicaux du groupe Jaych al-Islam ont accusé les forces gouvernementales syriennes d'avoir eu recours, samedi 7 avril, à des armes chimiques contre un hôpital de Douma, dans la Ghouta orientale. Ces allégations ont été reprises par les puissances occidentales. Le Président américain Donald Trump a estimé que la Syrie devrait «payer le prix fort pour l'attaque chimique».

La Russie a démenti l'information sur une bombe au chlore qui aurait été larguée par des militaires syriens sur Douma. Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que l'intox sur l'emploi d'armes chimiques par l'armée syrienne était destinée à justifier les actions des terroristes et les éventuelles frappes militaires étrangères. Le ministère syrien des Affaires étrangères a pour sa part indiqué que les accusations portant sur l'utilisation d'armes chimiques par les forces gouvernementales étaient ennuyeuses et peu convaincantes.

Lire aussi:

Les soignants et pompiers non vaccinés résistent malgré les premières sanctions de Véran
«Éric Zemmour continue de me harceler», affirme la chroniqueuse Hapsatou Sy
L'Australie rompt l'accord avec la France sur les sous-marins
Tags:
Douma, États-Unis, Vassili Nebenzia, Conseil de sécurité de l'Onu
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook