Ecoutez Radio Sputnik
    L’attaque à Douma pourrait avoir augmenté le risque de confrontation militaire Russie-USA

    Le risque d’une confrontation militaire Russie-USA en Syrie aurait augmenté

    © Sputnik . Alexei Filippov
    International
    URL courte
    Attaque chimique présumée à Douma (79)
    391869

    Le risque d’une confrontation militaire entre la Russie et les États-Unis existe et il a augmenté depuis l’annonce d’une attaque chimique présumée à Douma, a annoncé à Sputnik une source au sein du ministère russe des Affaires étrangères.

    Les rumeurs circulant autour d’une attaque chimique présumée dans la ville syrienne de Douma ont fait croître le risque d’une confrontation militaire directe entre la Russie et les États-Unis, risque qui, toutefois, existait déjà, a déclaré à Sputnik une source au sein du ministère russe des Affaires étrangères.

    «Naturellement qu’il existe (le risque d’une confrontation militaire directe avec les États-Unis, ndlr). Et il est plus élevé aujourd’hui qu'il ne l'était avant le 7 avril», a souligné l'interlocuteur de l'agence.

    Prenant la parole au sujet des mesures de rétorsion possibles de la part de la Russie si les USA bombardaient la Syrie, la source a souligné que «nous nous concentrons sur les propos de Valeri Guérassimov (le chef d'état-major des Forces armées russes, ndlr). S’il y a une menace pour nos citoyens, nous prendrons des mesures».

    Les radicaux du groupe Jaych al-Islam ont accusé les forces gouvernementales syriennes d'avoir eu recours, samedi 7 avril, à des armes chimiques contre un hôpital de Douma, dans la Ghouta orientale. Ces allégations ont été reprises par les puissances occidentales. Le Président américain Donald Trump a estimé que la Syrie devrait «payer le prix fort pour l'attaque chimique».

    La Russie a démenti l'information sur une bombe au chlore qui aurait été larguée par des militaires syriens sur Douma. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma publiées par les «Casques blancs» sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces «intox» est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Le ministère syrien des Affaires étrangères a pour sa part indiqué que les accusations portant sur l'utilisation d'armes chimiques par les forces gouvernementales étaient ennuyeuses et peu convaincantes.

    Dossier:
    Attaque chimique présumée à Douma (79)

    Lire aussi:

    La police militaire russe se met à l’ouvrage dans la ville syrienne de Douma
    La présumée attaque chimique en Syrie n’est pas «le motif à une opération de force»
    «Vengeance rapide»: l’UK va bombarder la Syrie? May répond à Trump
    Tags:
    risques, confrontation, Douma, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik