International
URL courte
34365
S'abonner

Estimant qu’un scénario reproduisant les attaques de 2017 contre Homs serait inefficace en 2018 dans la lutte contre la Syrie, l’administration américaine proposerait à Donald Trump plusieurs variantes politiques encore plus musclées, selon le NYT.

Plusieurs scénarios d'usage de la force en Syrie en riposte à l'attaque chimique présumée à Douma ont été proposés à Donald Trump, selon The New York Times.

On y trouverait notamment une proposition de frappe par des missiles sur plusieurs cibles pendant plus d'une journée.

Selon le journal, qui cite des sources au sein de la Maison-Blanche, le Président américain et ses conseillers ont examiné mardi des plans prévoyant une frappe contre la Syrie plus acharnée qu'une attaque contre un aérodrome de la province de Homs l'année précédente.

Une action musclée identique cette année n'aura pas l'effet escompté sur les dirigeants syriens, estimerait-t-on dans l'administration américaine, c'est pourquoi une opération plus importante et plus longue serait nécessaire.

Après que le Président Trump a promis de prendre des mesures en réaction à l'attaque chimique présumée dans la ville syrienne de Douma, un groupe d'attaque de la Marine US dirigé par le porte-avions Harry Truman quittera mercredi le port en Virginie et se rendra en Méditerranée. Une frégate allemande devrait également le rejoindre.

La défense russe a affirmé que l'attaque chimique présumée dans la ville syrienne de Douma avait été simulée par les Casques blancs agissant dans les rangs des radicaux, qui ont imité de nouveau une attaque chimique improvisée pour fabriquer des faux témoignages sur une prétendue utilisation par les autorités syriennes de substances toxiques dans la Ghouta orientale.

 

Lire aussi:

Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Macron «obsédé par le grand remplacement»?
Tags:
frappe aérienne, Donald Trump, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook