Ecoutez Radio Sputnik
    Salle du Sénat français

    Relation franco-russe: Macron ferait pression sur le Sénat pour «entraver son travail»

    CC BY-SA 3.0 / Romain Vincens / Hémicycle du Sénat
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    19537

    Alors qu’Emmanuel Macron «souffle le chaud et le froid» sur la relation bilatérale avec Moscou depuis son élection, ce qui a eu pour effet de la fragiliser, le sénateur russe Andreï Klimov dénonce au micro de Sputnik des pressions sur les membres groupe d’amitié France-Russie au Palais du Luxembourg pour les «dissuader de travailler avec Moscou».

    L'exécutif tente-t-il de faire pression sur le Sénat pour que ce dernier mette un terme au dialogue franco-russe? Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, la relation bilatérale entre Paris et Moscou a connu des hauts et des bas qui témoignent, selon Sébastien Cochard, ancien diplomate et conseiller au Parlement européen, une politique de «balancier», comme il l'explique au micro de Sputnik:

    «Le Président français souffle le chaud et le froid sur la relation avec la Russie. […] Il insulte Sputnik et RT alors qu'il reçoit M. Poutine, il accuse les Russes d'avoir manipulé les MacronLeaks et […] va se rendre au Forum de Saint-Pétersbourg.»

    Depuis le boycott du stand russe au Salon du Livre, où le Président devait se rendre avant d'annuler sa venue, dans le contexte des accusations britanniques contre Moscou dans l'affaire Skripal, Emmanuel Macron a confirmé qu'il irait bel et bien parler d'économie lors du «Davos russe» du 24 au 26 mai 2018, ce qui laissait penser que la relation bilatérale n'est pas complètement rompue.

    Mais l'exécutif semble avoir fait le choix de la rupture et non de la diplomatie dans sa relation avec Moscou. C'est en tout cas ce que dénonce le sénateur russe Andreï Klimov, lors d'un entretien avec Sputnik, dans lequel il explique que ses pairs français avaient été encouragés à ne pas travailler avec la Russie.

    «Lors des négociations et rencontres bilatérales, les sénateurs français ont fait état de pressions qu'ils subissaient dans l'exercice de leurs fonctions afin d'entraver le travail constructif du groupe d'amitié franco-russe.»

    M. Klimov n'a ni clairement désigné l'exécutif comme l'origine des pressions exercées sur les sénateurs français ni accepté de donner les noms des élus concernés par ces supposées pressions. Il a, au lieu de cela, salué l'éthique de ses pairs qui n'ont «pas cédé à ces pressions» en déclarant:

    «On les dissuadait clairement de travailler avec la Russie, mais les sénateurs n'ont pas cédé à ces pressions et ont continué leur travail en toute indépendance.»

    Contactés par la rédaction de Sputnik, aucun sénateur français membre du groupe d'amitié France-Russie n'a souhaité faire de commentaire à ce sujet.

    Lire aussi:

    La «fenêtre d’opportunités» franco-russes restera-t-elle ouverte en 2018?
    Expulsion de diplomates russes: l’affaire Skripal «vise à diaboliser la Russie»
    La Russie «ne peut et ne veut pas» s'ingérer dans les élections à l'étranger
    Tags:
    relations bilatérales, Sénat français, chaîne de télévision russe RT, Sputnik, Andreï Klimov, Vladimir Poutine, Emmanuel Macron, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik