International
URL courte
14321
S'abonner

Le journal américain Time a compté une vingtaine de tweets postés par Donald Trump à l'époque de la seconde présidence Obama dans lesquels le futur dirigeant américain se montrait hostile à toute ingérence en Syrie.

Dans la période comprise entre 2013 et 2014, Donald Trump a posté sur son compte Twitter 18 messages appelant l'administration de l'époque à ne pas s'ingérer dans la crise syrienne, rappelle le magazine américain Time.

Ainsi, en septembre 2013, il a sommé le Président Obama de ne pas attaquer la Syrie, démarche qui serait, selon lui, lourde de conséquences désavantageuses pour les Etats-Unis. Deux jours après, M.Trump a réitéré son appel, invitant le chef de la Maison-Blanche à «oublier la Syrie» et à «rendre sa grandeur à l'Amérique»:

Auparavant, il avait estimé que les «rebelles» syriens ne valaient pas mieux que le «régime» de Damas. «Qu'obtiendrons-nous en échange de nos vies et de nos milliards? Zéro»:

«Rappelez-vous que tous ces "combattants pour la liberté" en Syrie veulent diriger des avions sur nos immeubles», avertissait Donald Trump en août 2013:

​Au mois à deux reprises, le milliardaire républicain a souligné sur son compte Twitter que toute frappe visant la Syrie devait être approuvée par le Congrès:

«Que gagnerions-nous à bombarder la Syrie, sinon plus d'endettement et un possible conflit à long terme? Obama a besoin de l'approbation du Congrès».

Or, la présumée attaque chimique à Douma a de toute évidence ému Donald Trump à un tel point qu'il a lui-même oublié de demander l'avis du Congrès avant de menacer la Syrie de frappes imminentes… toujours sur son compte Twitter.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Tags:
crise syrienne, frappes, Barack Obama, Donald Trump, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook