International
URL courte
71130
S'abonner

Tandis que l'éventualité du lancement d'une opération militaire en Syrie préoccupe la communauté internationale, la République de Chypre, dont les bases militaires pourraient intéresser Londres et Paris, explique pourquoi elle préférera malgré tout rester à l'écart de tels projets.

Dans le contexte de l'agitation internationale autour d'éventuels projets d'une opération en Syrie, Nicosie annonce ne pas s'associer aux plans de l'éventuelle campagne militaire que d'autres pays ont ou auraient, a indiqué le porte-parole du cabinet chypriote, Prodromos Prodromou. Bien que les bases militaires situées sur l'ile puissent intéresser des pays comme le Royaume-Uni ou la France, le gouvernement chypriote s'oppose résolument à ces projets.

Il a souligné que Chypre n'était aucunement engagé dans l'opération et a affirmé que la sécurité du pays n'était pas en danger.

«Chypre ne participe pas à quelque opération que ce soit qui est prévue ou pourrait l'être et la sécurité du pays n'est pas menacée», a dit Prodromos Prodromou à des journalistes.

Évoquant les projets de la France, il a exclu toute participation de Chypre à ceux-ci. En effet, selon les observateurs, si elle décide de porter une frappe contre la Syrie, la France souhaitera probablement utiliser la base aérienne Andreas Papandreou. Mais pour cela, Paris devra obtenir l'autorisation du gouvernement chypriote, ce qui a été entièrement exclu par Prodromos Prodromou.

Il a rappelé toutefois que Chypre coopérait sur une base permanente avec ses partenaires de l'Union européenne et avait dernièrement organisé avec la France des exercices conjoints de recherches et de secours, mais pas de manœuvres militaires.

Commentant un éventuel recours du Royaume-Uni à ses bases à Chypre en cas d'opération contre la Syrie, il a souligné que Nicosie ne se considérait pas comme concerné et n'avait eu aucune consultation sur les projets d'autres pays.

«Chypre ne participe pas et n'a conclu aucune entente au sujet d'une opération quelconque que pourraient planifier d'autres pays», a-t-il noté.

Les deux bases militaires britanniques qui sont situées à Chypre se trouvent sous souveraineté du Royaume-Uni. En cas de leur utilisation à des fins militaires, Londres doit seulement en informer Nicosie sans avoir à lui en demander d'autorisation. Selon les médias britanniques, «une activité accrue» est constatée ces derniers jours sur la base d'Akrotiri.

The Washington Examiner, se référant à une source au Pentagone, a écrit lundi que le destroyer USS Donald Cook, équipé de 60 missiles de croisière Tomahawk, avait quitté son port de Chypre et se dirigeait vers la Syrie.

Lire aussi:

Les USA renforcent encore leurs sanctions contre la France
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
Un hélicoptère militaire pris pour cible depuis le sol aux États-Unis
Tags:
opération militaire, base militaire, base aérienne d’Akrotiri (Chypre), Tomahawk, Prodromos Prodromou, Chypre, Royaume-Uni, Londres, Syrie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook