Ecoutez Radio Sputnik
    Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin

    La présumée attaque chimique en Syrie n’est pas «le motif à une opération de force»

    © Sputnik . Sergueï Gouneyev
    International
    URL courte
    Attaque chimique présumée à Douma (79)
    29861

    Selon la Russie, le prétexte, inventé de toutes pièces, d'un supposé emploi de d'armes chimiques dans la ville syrienne de Douma ne peut servir de motif à une opération de force contre la Syrie, a déclaré à des journalistes Dmitri Peskov, porte-parole du Président russe.

    Moscou estime que la prétendue utilisation d'armes chimiques dans la ville syrienne de Douma n'est pas une raison pour mener une action de force, a indiqué à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

    «Nous sommes toujours convaincus que le prétexte de l'emploi d'armes chimiques à Douma est tiré par les cheveux et ne peut être le motif à une opération de force», a-t-il souligné.

    Lundi dernier, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a indiqué que des spécialistes militaires russes s'étaient rendus sur les lieux de l'attaque chimique en Syrie et n'y avaient découvert aucune trace d'emploi de chlore. Donald Trump a déclaré le même jour qu'il estimait possible un éventuel recours à la force contre la Syrie en réaction à l'information sur une supposée attaque chimique.

    Au cours des derniers jours, la situation en Syrie s'est sérieusement tendue. Selon les pays occidentaux, une attaque chimique présumée a eu lieu le 7 avril dans la ville de Douma, près de la capitale syrienne.

    La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma publiées par les «Casques blancs» sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces «intox» est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Damas a qualifié les accusations contre l'armée syrienne liées aux armes chimiques d'ennuyeuses et de non convaincantes. La partie syrienne a plus d'une fois souligné que tout son arsenal chimique avait été évacué du pays en 2014 sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    Dossier:
    Attaque chimique présumée à Douma (79)

    Lire aussi:

    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Sur une vidéo devenue virale, des forces de l'ordre gazent les clients d'un café lors de l’acte 31
    Un militaire de Sentinelle ouvre le feu contre un homme armé d’un couteau près d'un hôpital militaire à Lyon
    Tags:
    prétexte, opérations militaires, Casques blancs syriens, OIAC, Donald Trump, Sergueï Lavrov, Dmitri Peskov, Ghouta orientale, Moscou, Damas, Douma, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik