Ecoutez Radio Sputnik
    USS Donald Cook

    Une attaque US sur la Syrie pas si imminente que ça?

    CC BY 2.0 / US Navy / Karolina A. Oseguera
    International
    URL courte
    801188

    Une éventuelle attaque américaine contre la Syrie pourrait avoir lieu «très bientôt ou pas», a affirmé le chef de la Maison-Blanche sur son compte Twitter.

    Donald Trump a ajouté un peu plus de suspense au drame syrien en indiquant sur son compte Twitter qu'une attaque américaine contre la Syrie pourrait intervenir «très bientôt ou pas».

    «Jamais dit quand une attaque contre la Syrie pourrait avoir lieu. Cela pourrait être très bientôt ou pas si tôt que cela», a-t-il écrit.

    «Quoi qu'il en soit, les États-Unis, sous mon administration, ont fait un super travail pour débarrasser la région de Daech*. Où est le "Merci l'Amérique?"», a-t-il ajouté.

    Mercredi, le Président US avait appelé la Russie à se tenir prête à intercepter les missiles «beaux, nouveaux et intelligents» au-dessus du territoire syrien. «Vous ne devriez pas vous associer à un animal qui tue son peuple avec du gaz et aime cela», a lancé le dirigeant américain.

    Le Pentagone s'est ensuite déclaré «prêt» à présenter des options militaires pour frapper la Syrie. Pourtant, dans l'après-midi, la Maison-Blanche s'est montrée plus prudente, sa porte-parole Sarah Sanders ayant fait savoir que la décision finale n'avait pas été prise.

    The Daily Telegraph a pour sa part annoncé que Theresa May avait ordonné d'envoyer des sous-marins britanniques opérant en Méditerranée à distance de frappe de la Syrie.

    *Organisation interdite en Russie

    Lire aussi:

    Téhéran estime que Washington a abattu l'un de ses propres drones par erreur
    Donald Trump: la Marine US a abattu un drone iranien dans le détroit d'Ormuz
    Un avion fait un amerrissage d’urgence devant des vacanciers abasourdis aux USA – vidéo
    Tags:
    crise syrienne, frappe aérienne, Daech, Pentagone, Donald Trump, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik