Ecoutez Radio Sputnik
    Le delta du Nil

    «Le barrage de la renaissance» divise encore l’Éthiopie, l’Égypte et le Soudan

    © Jacques Descloitres, MODIS Rapid Response Team, NASA/GSFC
    International
    URL courte
    213

    Addis-Abeba tient Le Caire pour responsable de l’échec de la dernière réunion tripartite à Khartoum, concernant «le barrage de la renaissance» et le partage des eaux du Nil, a déclaré le ministère des Affaires étrangères éthiopien.

    L'Égypte est responsable de l'échec de la réunion tripartite (Égypte, Éthiopie et Soudan) à Khartoum, la semaine dernière, au sujet du «barrage de la renaissance» éthiopien. C'est ce qu'a déclaré le porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Alem Mels, ce jeudi, lors d'une conférence de presse, selon l'agence de presse éthiopienne ENA.

    «La cause de l'échec des négociations de Khartoum c'est le manque de sérieux et de coopération de la délégation égyptienne. Celle-ci a remis sur la table l'accord de 1959 lors des consultations, sans manifester la moindre intention d'arriver à un résultat acceptable», a déclaré le ministre, cité par la source.

    «Nous avons abordé toutes les questions concernant le barrage et les moyens de mettre en œuvre les orientations émanant de la réunion des trois chefs d'États à Addis-Abeba», a-t-il ajouté selon l'agence, précisant que « nous les avons informé [les Égyptiens, ndlr] que nous n'avons pas accepté l'accord de 1959 et nous ne l'accepterons jamais, car nous n'avions pas été partie dans son élaboration».

    Et d'évoquer la position ferme de son pays concernant le barrage, le responsable a affirmé que «celui-ci constitue un projet patriotique pour les Éthiopiens et qu'il est une ligne rouge pour eux», selon ENA.

    L'accord de 1959 concernant le partage des eaux du Nil, signé entre l'Égypte et le Soudan, prévoit une quantité de 55.5 milliards de m3 pour Le Caire et 18.5 milliards de m3 pour Khartoum. L'Égypte craint que le barrage en question diminue sa part en eau, alors que l'Éthiopie affirme que celui-ci lui apportera beaucoup de profits, surtout en matière de production d'électricité, sans que le moindre dommage ne soit occasionné à ses deux voisins.

    Lire aussi:

    Le Kremlin réagit à la lettre de Bouteflika à Poutine
    «Allahu akbar»: le tout dernier cri du copilote lors du crash du Boeing de la Lion Air
    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Tags:
    partage, eau potable, Ethiopie, Soudan, Egypte
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik