Ecoutez Radio Sputnik
    Un soldat, image d'illustration

    Le Hezbollah commente l’hypothèse «d’une guerre totale» entre les USA et la Russie

    CC0 / ThePixelman
    International
    URL courte
    271023

    L’éventualité d’une guerre directe entre les USA et la Russie à cause du conflit syrien n’est pas réaliste, sauf si «Trump et Netanyahu ont perdu la raison», a déclaré Cheikh Naïm Kassim, le vice-président du mouvement chiite libanais Hezbollah, dans une interview accordée au journal Al Joumhouria.

    «Nous écartons l'hypothèse selon laquelle la situation pourrait évoluer en affrontement américano-russe ou vers une situation de guerre totale», a déclaré Cheikh Naïm Kassim, vice-président du mouvement chiite libanais Hezbollah, dans un entretien publié ce vendredi dans le quotidien libanais Al Joumhouria.

    «Les conditions ne sont pas réunies pour une guerre totale à moins que Trump et Netanyahu perdent complètement la raison», a-t-il ajouté, en soulignant que «la manière dont Donald Trump gère ces dossiers et ses positions est dominée par une vision tumultueuse qui peut souvent conduire à des résultats très ordinaires, comme nous l'avons vu lorsque la crise s'est intensifiée avec la Corée du Nord. Au moment où le monde entier s'attendait à une guerre mondiale, nous avons appris que des réunions potentielles pourraient être organisées entre les deux parties pour résoudre leurs problèmes».

    S‘exprimant sur une éventuelle guerre israélienne contre le Liban, le responsable a déclaré «qu'une telle hypothèse n'est pas envisageable en ce moment, cependant le Hezbollah est prêt à toutes les surprises», en ajoutant qu'en cas de guerre «Israël sait parfaitement ce que le parti [le Hezbollah, ndlr] est capable de faire dans certains cas d'agression».

    Et de conclure, en imaginant qu'une frappe américaine ait lieu contre la Syrie, Cheikh Naïm Kassim a affirmé que celle-ci:

    «ne changera en rien l'équilibre des forces qui est actuellement en faveur des autorités syriennes et leurs alliés».

    Donald Trump a menacé lundi de prendre des mesures militaires contre les autorités syriennes après le recours supposé à des substances toxiques dans la ville syrienne de Douma. Moscou a mis en garde Washington au sujet des graves retombées qu'aurait une frappe contre la Syrie, si des citoyens russes en étaient victimes. Mercredi, le Président a conseillé à Moscou de se préparer à une attaque américaine de missiles contre la Syrie. Il a indiqué sur son compte Twitter que ces missiles seraient «bons, nouveaux et intelligents».

    Damas a qualifié les accusations contre l'armée syrienne liées aux armes chimiques non convaincantes. La partie syrienne a plus d'une fois souligné que tout son arsenal chimique avait été évacué du pays en 2014 sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    Lire aussi:

    Riposte militaire en Syrie? Pour la Maison-Blanche, toutes les options sont sur la table
    Quid des éventuels plans US en Syrie? La Russie n'exclut aucune possibilité
    Macron s’exprime sur une éventuelle frappe contre la Syrie
    Tags:
    hypothèse, guerre, Hezbollah, Naïm Kassim, Benjamin Netanyahu, Donald Trump, Liban, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik