International
URL courte
401008
S'abonner

Le représentant permanent du Royaume-Uni auprès de l’Onu, Karen Pierce, a commenté les déclarations de la Défense russe selon lesquelles Londres avait pris part à l’organisation de la provocation reposant sur l'utilisation prétendue d'armes chimiques dans la ville syrienne de Douma.

Londres réfute les déclarations du ministère russe de la Défense sur l’implication du Royaume-Uni dans la provocation de Douma, en Syrie, a annoncé le représentant permanent du Royaume-Uni auprès de l’Onu, Karen Pierce.

Plus tôt dans la journée, le ministère russe de la Défense a dit avoir des preuves que le Royaume-Uni avait participé directement à la provocation organisée dans la Ghouta orientale.

Selon le porte-parole de la Défense, Igor Konachenkov, Londres a exercé des pressions sur les représentants des «Casques blancs» pour mener à bien une provocation en Syrie.

D’après lui, on a dit aux «Casques blancs» que c’était notamment du 3 au 6 avril que les radicaux du groupe Jaych al-Islam allaient mener une série de puissants tirs d’artillerie ce qui provoquerait une riposte de la part des troupes gouvernementales. Alors, les «Casques blancs» devraient exploiter la situation pour organiser la provocation avec des armes chimiques.

Au cours des derniers jours, la situation en Syrie s'est sérieusement tendue. Selon les pays occidentaux, une attaque chimique présumée a eu lieu le 7 avril dans la ville de Douma, près de la capitale syrienne. La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma publiées par les «Casques blancs» sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces «intox» est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

Damas a qualifié les accusations contre l'armée syrienne liées aux armes chimiques de peu convaincantes. La partie syrienne a plus d'une fois souligné que tout son arsenal chimique avait été évacué du pays en 2014 sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Lire aussi:

Une octogénaire étranglée, dépouillée et enfermée dans un placard, près de Calais
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Tags:
attaque chimique, implication, provocation, Igor Konachenkov, Douma, Ghouta orientale, Royaume-Uni, Londres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook