Ecoutez Radio Sputnik
    Destroyer Donald Cook

    Prévisions d’un amiral russe concernant la phase «chaude» de la crise syrienne

    CC BY 2.0 / Commander, U.S. Naval Forces Europe-Africa/U.S. 6th Fleet / 140412-N-KE519-052
    International
    URL courte
    501965

    S’exprimant sur la situation qui s’est créée autour de la Syrie et sur la possibilité d’une attaque du destroyer USS Donald Cook, un des anciens commandants en chef de la Marine russe a expliqué comment les navires russes pourraient riposter et jusqu’où pouvaient aller les choses.

    Dans une interview accordée à la chaîne Zvezda, l’ancien commandant en chef de la Marine russe Vladimir Massorine a révélé comment les forces navales du pays pourraient entraver les mouvements du destroyer USS Donald Cook (DDG-75), actuellement en route vers les côtes syriennes.  

    «Je ne pense pas qu’on arrivera au point où il faudra envoyer le Cook par le fond. Mais au cas où, les torpilles sont des armes très efficaces. Elles percent la coque et y laissent une large brèche, causant ainsi des dégâts sérieux. C’est sûr que nous allons subir de longues et ennuyeuses pressions, mais la guerre est une chose dangereuse, avant tout pour les Américains. Ils vivent dans un autre monde, ils ont d’autres conceptions des choses. C’est pour cela que nous ne craignons rien, ils sont comme une arête dans le gosier», a-t-il indiqué, cité par la source.  

    Toutefois, assure-t-il, il est peu probable qu’on arrive à un conflit armé de grande échelle.  

    «La situation est très complexe. Certes, nous avons beaucoup d’ennemis en Europe et en Ukraine. La situation s’envenime pour un rien. Mais, je le répète, on n’ira pas jusqu’à la guerre», a conclu M.Massorine. 

    Lire aussi:

    L'USS Donald Cook à 100 km de la base russe de Tartous en Syrie
    Des avions militaires russes auraient survolé un destroyer US, selon des médias
    Deux destroyers US feraient déjà route vers la Syrie
    Tags:
    confrontation, USS Donald Cook (destroyer), région méditerranéenne, États-Unis, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik