Ecoutez Radio Sputnik
    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont frappé la Syrie

    Moscou: toute la responsabilité de la frappe contre la Syrie revient aux médias

    © AP Photo / Hassan Ammar
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)
    541175

    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont frappé la Syrie en se basant sur les informations des médias occidentaux ainsi que sur celles circulant sur les réseaux sociaux, a déclaré la diplomatie russe par la voix de sa porte-parole Maria Zakharova.

    La frappe contre la Syrie a été portée sur la base des informations circulant dans les médias ainsi que sur les réseaux sociaux, aucune preuve tangible n'ayant été recueillie, a dénoncé ce samedi Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe.

    «Selon les déclarations faites par les responsables américains et le rapport confidentiel rédigé par le renseignement et les structures de l'État français, ce sont les informations des médias et des réseaux sociaux qui ont servi de fondement à la frappe», a-t-elle indiqué.

    Elle a ajouté que si les médias étaient tout de même responsables de l'information publiée, le cas des réseaux sociaux était différent, car les données y circulant ne sont pas crédibles.

    Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mené dans la nuit de vendredi à samedi des frappes coordonnées en Syrie en représailles à l'attaque chimique présumée menée le week-end dernier à Douma.

    Selon les pays occidentaux, une attaque chimique présumée a eu lieu le 7 avril. La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma publiées par les «Casques blancs» sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces «intox» est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Damas a qualifié les accusations contre l'armée syrienne liées aux armes chimiques de peu convaincantes. La partie syrienne a plus d'une fois souligné que tout son arsenal chimique avait été évacué du pays en 2014 sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)

    Lire aussi:

    Paris lève le voile sur la possibilité de nouvelles frappes contre la Syrie
    La présumée attaque chimique en Syrie n’est pas «le motif à une opération de force»
    L’OIAC entamera dimanche sa mission d’enquête sur l’attaque chimique présumée à Douma
    Tags:
    frappes, médias, Maria Zakharova, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik