Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Paris: l’escalade en Syrie ne remet pas en cause la visite de Macron en Russie

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (104)
    59674

    Les frappes françaises contre la Syrie portées ce samedi sur fond d’un regain de tensions entre Moscou et l’Occident n’auront pas de répercussions sur la visite d'Emmanuel Macron en Russie prévue fin mai, a fait savoir le ministre français des Affaires étrangères.

    Le déplacement d'Emmanuel Macron en Russie fin mai n'est pas remis en cause, a déclaré ce samedi Jean-Yves Le Drian, une annonce faite quelques heures après la série de frappes coordonnées portée par Washington, Paris et Londres contre la Syrie.

    Le chef de la diplomatie française a affirmé que «l'objectif des frappes françaises contre l'arsenal chimique syrien a été atteint» et qu'il n'y avait pasà ce stade de deuxième phase envisagée, indique Reuters.

    Moscou a violement fustigé les frappes, affirmant que par leurs actions, les États-Unis laissaient faire les terroristes en Syrie. La Russie a également annoncé samedi convoquer une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'Onu après les frappes menées par les États-Unis et leurs alliés contre Damas.

    Selon les pays occidentaux, une attaque chimique présumée a eu lieu le 7 avril dans la ville de Douma, près de la capitale syrienne. La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma publiées par les «Casques blancs» sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces «intox» est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Damas a qualifié les accusations contre l'armée syrienne liées aux armes chimiques de peu convaincantes. La partie syrienne a plus d'une fois souligné que tout son arsenal chimique avait été évacué du pays en 2014 sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (104)

    Lire aussi:

    L’OIAC entamera dimanche sa mission d’enquête sur l’attaque chimique présumée à Douma
    La présumée attaque chimique en Syrie n’est pas «le motif à une opération de force»
    La police militaire russe se met à l’ouvrage dans la ville syrienne de Douma
    Tags:
    Emmanuel Macron, Jean-Yves Le Drian, Moscou, Syrie, Paris, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik