Ecoutez Radio Sputnik
    Roma

    Manifestation à Rome contre les frappes sur la Syrie: «Bas les pattes de la Syrie!»

    © Sputnik . Alexander Vilf
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (104)
    10991

    «Bas les pattes de la Syrie», «Diplomatie, pas les bombes», c’est avec de tels slogans que des citoyens américains, ainsi que plusieurs Italiens, ont protesté à Rome contre les actions militaires entreprises dans la nuit du 13 au 14 avril par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni contre la Syrie.

    Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées ce samedi devant le bâtiment de l'ambassade des États-Unis à Rome afin de protester contre les frappes aériennes effectuées par les États-Unis et leurs alliés contre la Syrie. Des citoyens italiens et américains ont pris part à cette manifestation, relate le correspondant de Sputnik sur place.

    Comme l'ont indiqué les organisateurs, les participants ont émis le souhait que les impôts servent à financer des programmes sociaux et non des opérations militaires. Ils ont également demandé à ce que «la politique belliqueuse des États-Unis, de la Turquie, de l'Arabie saoudite, du Qatar, d'Israël, de la France et du Royaume-Uni» ne bénéficie plus de soutien.

    «Les gens ne comprennent pas pour le moment quelles conséquences cela pourra avoir. L'Italie doit se dissocier de la campagne en Syrie et refuser toute alliance avec les adversaires du peuple syrien», a dit à Sputnik une des activistes, Gabriella.

    Les participants à cette manifestation tenaient des affiches sur lesquelles étaient inscrits des slogans tels que «La guerre c'est du viol», «Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni sont des régimes de l'âge de pierre», «Bas les pattes de la Syrie», «Diplomatie, pas les bombes», «Les citoyens américains sont pour la paix et la justice».

    L'action s'est déroulée paisiblement, ses organisateurs ont prononcé plusieurs discours antimilitaristes, la sécurité de l'ambassade et les forces de l'ordre, peu nombreuses, ont observé la manifestation passivement.

    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avril des sites d'infrastructures militaires de la Syrie. Cette coalition tripartite a tiré 103 missiles (l'année dernière, l'aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles) dont 71 ont été abattus à l'approche de leurs objectifs, d'après le ministère russe de la Défense.

    Moscou a violemment fustigé les frappes, affirmant que par leurs actions, les États-Unis laissaient faire les terroristes en Syrie. La Russie a également annoncé samedi convoquer une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'Onu.

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (104)

    Lire aussi:

    Moscou: les frappes sur la Syrie sont un coup porté au système du droit international
    Poutine et Erdogan s'entretiennent par téléphone du dossier sensible de la Syrie
    La résolution russe appelant à mettre fin à l'agression contre la Syrie rejetée par l'Onu
    Tags:
    États-Unis, frappe de missile, frappe aérienne, Rome, Royaume-Uni, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik